Home English Russian French Bulgarian Polish Deutsch Slovak Spanish Italian Greek Esperanto
search help
search in titles only
  FontSize-- FontSize++  

 La Purete Absolue

Conférence tenue par le Maître à la Classe occulte générale près du Cinquième lac de Rila, le 21 août 1929

Le mot pureté est clair pour tout le monde. Il possède un sens intérieur et un sens extérieur. Nous disons "une pureté extérieure et intérieure ". La pureté extérieure est comprise et vue par tout le monde. Quand on parle de la pureté extérieure de la maison, on sous-entend qu'elle sera peinte de dehors et de dedans, que les planchers des pièces soient balayés et lavés, que la poussière sera essuyée partout. Quand on parle de pureté extérieure d'un vêtement, nous sous-entendons que le vêtement sera bien lavé, s'il est blanc et qu'il n'a aucune tache s'il est noir. Si on parle de la pureté du beurre cela veut dire que le beurre est frais, clair et sans aucune odeur.

Donc, toute chose est pure tant qu'aucun élément étranger ne se trouve introduit dans sa propre nature. Cela prouve que dans la Nature, il existe certains éléments qui produisent de l'impureté. Qu'est-ce que l'impureté ? – l'Impureté est le contraire de la pureté. Autant l'homme est en bonne santé, autant sa vie est basée sur la pureté. Si un élément impur commence à s'infiltrer en lui, immédiatement la mort fait un pas en avant dans son existence. Plus l'impureté augmente, plus la mort entre dans la Vie. La mort et l'impureté ont un lien direct. Donc, l'impureté est liée à la mort.

En sachant cela, la première règle dans la Vie de l'homme est la purification de la pensée. S'il purifie sa pensée, il acquiert ainsi une idée plus claire, une image plus pure de Dieu. Dieu n'est pas une forme quelconque extérieure à l'être. Dieu est la Source de la vie. Qu'est-ce qui est meilleur que la Vie ? Toutes les impulsions, toutes les joies sont causées par le sentiment intérieur d'exister, de vivre. En vous levant le matin, allègre et bien portant; vous regardez dans la direction du Soleil levant, vous vous réjouissez d'avoir quelque petite idée à réaliser par votre travail du jour qui commence. C'est le résultat des premières pousses de l'arbre de vie en vous. Certains humains disent : " La vie est difficile, dès le matin nous devons nous occuper de pourvoir à la nourriture, nous efforcer de gagner davantage etc. Je dis : la question de la nourriture est un élément appartenant au monde physique, matériel. La nourriture physique n'est pas un élément nécessaire à la vie spirituelle de l'homme. Etre spirituel ne veut pas dire manger beaucoup, ni que la nourriture soit bien préparée. Les assaisonnements qu'on ajoute au plat sont des éléments secondaires. Quelle est la nourriture qu'on donnerait aux êtres raisonnables s'ils se sont rassemblés ? – Différente. Pourquoi ? – Parce que chaque être a besoin d'une nourriture appropriée à son degré de développement. Certains éléments, pourtant, sont communs à tous les organismes, à tous les êtres vivants. Par exemple, l'eau dont tous les êtres, sans exception, font l'usage. Au début les êtres vivants recevaient leur nourriture directement de l'air; ensuite de l'eau et enfin de la matière dense. Pour l'homme, qui se nourrissait primitivement de lumière, il en est de même; ses yeux seuls ont gardé la science de profiter de la lumière. Si les yeux de l'homme ne se nourrissent pas longtemps avec de la lumière, ils s'atrophieront.

Cependant, la première tâche de l'homme actuel est de se faire une idée claire de Dieu. Si on parle de lui, on doit ressentir dans son esprit que la vie de tous les êtres est incluse dans la Conscience divine qui a soin de tous pareillement, du plus petit jusqu'au plus grand. Aucun être n'est égal à Dieu, si bon, si grand, si noble, si accueillant, et duquel coule la Vie dans tout l'univers. Même le plus grand pécheur, même l'être le plus borné, s'il pense à Dieu sent frissonner quelque chose dans le plus profond de son être. Et celui qui ne comprend pas la nature de ce frisson passe sa vie sans saisir ce que représente ce qu'est le Grand Principe Universel. Il dira : " Quelque chose a frissonné en moi, comme si j'avais vu un ours ". Oui, c'est agréable de voir un ours mais puisque le frissonnement est fort, il a peur, il perd la tête. Souvent même le plus grand héros s'effraye du regard d'une belle jeune fille. Ce héros dit : " J'ai vu une belle jeune fille, mais mon cœur a sursauté. Pourquoi son cœur a-t-il sursauté ? – Pour la seule raison que ce héros ne peut pas porter le bien qu'on lui fait. Chaque bien cache en lui un danger. Beaucoup disent : " Qu'est-ce que la peur ? – La peur montre la charnière, l'endroit où l'homme s'est détaché du Dieu. La peur se transforme immédiatement en force raisonnée si on se lie à une pensée juste et claire. Celui qui pense raisonnablement n'a peur de rien. Voilà pourquoi jusqu'à ce que vous vous fassiez une idée claire de Dieu, vous ne pourrez pas vous ennoblir et acquérir le véritable savoir.

Sans cette idée précise de Dieu, toutes vos acquisitions ne seront que provisoires. Par exemple, vous pouvez durant un certain temps, progresser dans la science, dans l'art, dans l'acquisition de forces ou de richesses etc. Mais quand votre vieillesse viendra, vous perdrez peu à peu tout : aujourd'hui vous perdrez votre savoir, demain – votre art, le troisième jour – votre richesse, le quatrième jour – votre force. En fin de compte vous sentirez que toutes vos idées élevées vous ont quitté, ne vous laissant aucun élan pour le travail et vous direz : " Une seule idée a survécu. " Quelle est cette idée – "que j'étais un homme riche et maintenant je suis un homme très pauvre. " Que représente un homme qui a une telle idée ? " Quelqu'un dira : " Si l'homme perd tout, alors il ne doit pas penser, sentir, agir. " Je dis : si les pensées et les sentiments de l'homme ne sont pas justes, ils ne peuvent provoquer que le trouble et l'inquiétude que nous vieillirons bien vite. Nous avons en vue les pensées raisonnables, les sentiments purs et nobles qui lient l'homme à Dieu et apportent de l'élan et de l'envergure à son activité. Par exemple, sont une source de trouble, les inquiétudes sur notre avenir, sur la façon dont notre vie se déroulera, sur notre santé future, sur la suffisance future de nos moyens d'existence. Je vous demande : " Quand le fils du roi entre à l'école doit-il s'inquiéter qui va le faire vivre, combien d'argent va-t-on lui envoyer, qui va le servir etc. ? – Il ne doit pas se pencher sur ces questions. S'il est envoyé à l'école, son père a pensé à tout ce qui lui est utile, et on ne lui demande que d'apprendre. Si le fils est paresseux, s'il ne s'applique pas à ses études, alors il subira les conséquences de sa paresse : de grands malheurs tomberont sur sa tête. Je dis : " Vous êtes tous de pareils fils du Roi, envoyés sur la terre pour vous instruire. Remerciez donc Dieu de tout ce qu'Il vous a donné : lumière, air, eau, et pain. Que vous faut-il encore ? – Vous instruire ! Un jour, quand vous rentrerez de cette grande excursion sur la Terre, votre Père vous demandera : " Qu'est-ce que vous avez appris durant ce temps ? " Et la même question vous sera posée par vos connaissances quand ils auront appris que vous avez été près des sept lacs de Rila. Vous direz que vous êtes montés sur le sommet Damga, Haramiata; vous direz que vous avez vu les Sept lacs. Mais ce n'est pas tout ce que vous avez pu voir et apprendre. Tous les sommets, tous ces lacs sont des symboles. Ce qui importe c'est ce que vous avez lu dans le livre de la Nature. Combien de pages avez-vous appris et qu'est-ce que vous en avez compris ? Vous êtes montés sur un haut sommet, et alors ! Pourquoi êtes-vous montés ? – Regarder de loin qui va passer et ce qu'il va porter. Est-ce cela le sens de l'ascension des sommets ?

Vous direz que des brigands sont montés sur le sommet Haramiata pour guetter le passage de riches voyageurs qu'ils dévalisaient. Les excursions en plein air et plus spécialement l'ascension, ont un sens très profond. Donc, quand on parle des gens riches qui sont volés il faut savoir ce qu'ils représentent. Les gens riches sont les idées riches dans le monde. L'homme riche que nous devons voler, c'est le bien. Le mal, c'est un pauvre être que nous devons laisser passer. Qu'est-ce que nous prendrons au pauvre ? L'Ecriture dit : " Gardez-vous du mal ! " Pourquoi ? – Parce que le mal représente un pauvre être pour lequel, si vous l'admettez en vous, vous devez payer tous les frais. Cette phrase de l'Ecriture est une importante formule économique. Au mal, à ce pauvre être, laissez le chemin libre. Ecartez-vous de lui pour lui permettre de s'éloigner. Si vous l'arrêtez, il vous demandera toujours quelque chose : argent, vêtements, chaussures et vous devrez lui donner tout ce qu'il réclame. Le mal est un pauvre être qui mendie et compte sur les autres êtres. Celui qui entre dans la vie Divine pour apprendre, doit se libérer de toute mendicité.

Je dis : Si vous voulez comprendre Dieu, soyez purs. Il est dit : " Seuls les purs de cœur verront Dieu ". Vous rencontrerez des souffrances, des difficultés, des malheurs. Vous êtes dans la mer où il y a de grandes tempêtes. Les vagues de cette mer secoueront votre barque, la pousseront de-ci, de-là, mais en elle doivent régner l'harmonie et la paix intérieures. Si les vagues pénètrent dans le bateau par le plus petit trou; le péril est grand, et le naufrage est probable. Les pensées négatives et impures pénètrent de la même manière en vous et vous devez vous en garder. Et vous, quand vous vous promenez dans la Nature, est-ce que vous ne salissez pas ? Combien de serviteurs doivent-ils travailler après votre départ pour enlever vos salissures ! Certaines gens se considèrent propres et saints mais ils laissent leurs saletés : partout où ils mangent, ils laissent des ordures. Dès que vous portez vos ordures avec vous, vous n'êtes ni propres, ni saints. Si vous observez la propreté dans le monde physique, vous serez propres dans le monde mental et spirituel. Quelqu'un peut se vanter qu'il croit en Dieu, qu'il a un haut idéal, et il ne garde pas la propreté la plus élémentaire dans le monde physique. Non, on vous demande à tous pureté dans tous les domaines : pureté physique, pureté mentale, pureté spirituelle. Vous dites : "Tout dépend de nous". Garder la pureté absolue pendant toute votre vie dépend de vous. Mais la Vie même dépend de Dieu. Voulez-vous êtres sains et gais ? Faites en sorte que la grande idée de pureté absolue puisse pénétrer dans toutes vos pensées, dans vos sentiments et dans vos actions, alors seulement vous aurez la bénédiction de Dieu.

Maintenant ce que Dieu vous envoie, vous le gâtez mais de cette façon vous vous exposez indubitablement à la mort. Il est temps que l'homme se débarrasse de son pointilleux amour-propre; qu'est-ce que cela peut vous faire que quelqu'un ait dit du mal de vous, qu'il vous ait critiqué ? Ne vous occupez pas des choses négatives, ne les gardez pas dans votre intellect ! Ne demandez pas à être respecté par tout le monde mais plutôt prouvez que vous êtes des gens qui ont dignité et amour-propre. Travaille sur toi-même pendant dix ans sans interruption pour que tu développes en toi de la puissance et de la force. Ton prochain découvrira alors en toi que tu es un homme véritable. Quand on voit que tu fais preuve de force, on dira. " Ne dérangez pas cet homme. On ne badine pas avec lui. C'est un homme fort ! " Au lieu de cela, tu entres dans un village et tu ne peux lever la plus petite pierre et tu as besoin d'aide pour des choses élémentaires et par-dessus le marché tu t'attends à ce que les autres te respectent. Et ensuite tu vas te vanter que tu t'entretiens avec Dieu. Celui qui s'entretient avec Dieu est un homme fort; il peut soulever des montagnes. Si tu ne peux pas soulever des montagnes, ne te leurre pas ! Tu t'es entretenu avec quelqu'un d'autre mais pas avec Dieu. Quand Dieu a parlé à Moïse, il a levé son bâton, a frappé le rocher et de l'eau en a coulé. Dieu a parlé à Moïse et de la manne est tombée du Ciel. Dieu a parlé à Moïse et il a mené le peuple juif quarante ans dans le désert. Cet homme ne peut pas subvenir à ses besoins mais il raconte que Dieu lui a parlé. Comment allez-vous reconnaître que c'est Dieu qui parle. Est-ce que vous allez apprendre cela dans les livres ? – Non. Chaque homme a sa propre expérience intérieure qui l'a aidé à reconnaître la voie Divine dans son for intérieur. Il y a beaucoup de moyens pour comprendre la Nature mais unique est le chemin par lequel on entre dans le monde de la Vérité. La Vérité est le monde le plus pur où l'Amour se manifeste. La Vérité est la plus pure image de l'Amour. Qu'est-ce que l'Amour ? – Le contenu, le plus pur de cette image. La Vérité est la plus haute expression de l'Amour ! Elle nous apporte la plus grande Liberté. Et par l'Amour nous vient la plus grande Lumière. Dans un sens ésotérique on remplace l'amour par la Justice. Si vous avez besoin de chaleur, d'ardeur, cherchez la Justice. Quand la Justice vient dans le monde, elle réchauffe. La justice est la plus grande chaleur de l'Amour et l'Amour est l'essence de la vie. S'il s'agit de la Vie, vous devez savoir qu'il n'y a rien qui soit plus haut placé que la Vie. Par conséquent, l'Amour, la Sagesse, la Vérité, la Justice sont des sphères ou des mondes par lesquels la Vie se manifeste. Pour l'instant sous le mot Vie, on comprend cette conscience de l'homme où est cachée une aspiration continue, incessante vers des acquisitions. Quand nous disons que nous vivons, nous supposons une aspiration continue pour quelque chose que nous voulons réaliser. La conscience s'éveille dès la naissance de l'enfant et il commence à désirer, à demander quelque chose du monde objectif. Si nous envisageons le monde des sentiments, nous y cherchons aussi un objet quelconque. Si nous envisageons le monde mental, nous avons envie d'étudier, nous y cherchons aussi un certain objet. La Vie existe également dans la Vie Spirituelle et la vie Divine. Donc, la Vie se manifeste dans toutes les sphères, dans les mondes mais sous différentes formes.

Une seule chose est importante : quelle que soit la forme sous laquelle se manifeste la Vie, elle ne peut pas fonctionner sans Pureté. Comment peut-on entretenir la Pureté ? – en servant Dieu. Quand on parle de service, on suppose que l'homme peut servir uniquement Dieu, uniquement l'Amour. Il est dit : " Dieu est Amour ". Donc, on ne peu servir que l'Amour. En ce qui concerne la Vie, nous disons : " Nous pouvons devenir serviteurs pourvu que nous parvenions à la Vie. " Donc, trois choses sont importantes dans la vie de l'être humain : servir Dieu, t'estimer toi-même, aimer ton prochain. Aimer son prochain, cela veut dire se décharger du poids inutile que tu portes sur le dos. S'estimer soi-même signifie comprendre le sens de la Vie. Nous n'estimons que celui qui est beau, intelligent, bon. C'est ce que nous voyons d'abord en nous-mêmes et ensuite dans notre entourage. Vous estimez votre prochain, vous l'aimez en proportion de la conscience que vous-mêmes avez de la bonté, de l'intelligence, de la sagesse en vous. Cela signifie : ce que vous voyez en vous-mêmes se reflète dans les autres. Vous respectez les autres pour la conscience que vous avez de vous-mêmes; vous aimez les autres pour ce qui est beau, sublime et noble en vous-mêmes. Si vous le voyez en eux-mêmes, cela veut dire que vous les aimez déjà. Pourquoi un père aime-t-il son fils ? – En raison de l'estime qu'il a de lui-même, estime qui se transforme en affection pour son fils. L'affection consiste dans le fait de se voir soi-même dans les autres; qu'est-ce que l'estime ? – L'estime est de sentir sa dignité d'être humain. Qu'est-ce que servir Dieu ? – c'est prendre conscience que tout vient de Dieu et Il est sans égal. Si tu te dis en toi-même que pour Dieu tout est possible, tu seras prêt à tout. On peut servir Dieu seulement dans le monde des idées. (conceptuellement). Servir Dieu signifie que tout ce que tu entreprends en Son nom, est possible. Alors quelqu'un va te poser la question : Peux-tu porter la Terre sur ton dos ? Je la porte en ce moment. Peux-tu porter le système solaire ? je le porte depuis longtemps. Tu peux porter l'univers ? Je suis le maître de l'univers.

Maintenant, un homme borné dira : " C'est étonnant ! Comment les gens osent dire qu'ils portent la Terre et le système solaire sur leur dos ou qu'ils sont les maîtres de l'univers ? Est-ce possible ? " – Dire que tu es le maître de l'univers, cela suppose que tu l'as parcouru d'un bout à l'autre. Pour l'homme raisonnable la distance de la tête aux pieds représente tout l'univers. Par conséquent, quand il dit qu'il est le maître de tout l'univers, cela veut dire qu'il connaît son corps de la tête aux pieds. Donc, il porte l'univers en soi-même. Le temps dont il a besoin pour tendre ses mains de la tête aux pieds lui suffit à parcourir l'univers de bout en bout. Il lui suffit de bouger sa main et il parcourra l'univers en un instant, d'un bout à l'autre. Les choses sont éloignées seulement quand elles sont détachées de l'organisme entier. Si toutes sont ensemble dans l'organisme, elles sont près. Sous le mot " proximité ", on comprend l'organisation de tous les êtres Raisonnables en un tout. Le manque d'organisation implique la séparation. Quand vous dites que quelqu'un vous a offensé ou vous a fait du mal, alors ou bien cet être qui vous a insulté est en dehors de l'organisme entier et vous y êtes, ou bien vous êtes tous les deux en dehors de cet organisme. Si vous faites partie, tous les deux de cet organisme commun, il n'y a aucune contradiction entre vous. Peut-il y avoir de la contradiction entre les doigts des mains ? Qu'importe si certains doigts appartiennent à la main gauche et d'autres – à la main droite ? Si certains doigts font partie de la main gauche et d'autres de la main droite, il n'y a pas d'importance; ils peuvent s'entraider mutuellement.

Je dis : beaucoup de nos contemporains sont parvenus à un certain stade de leur Vie et ils se sont arrêtés là. Ils doivent poursuivre leur marche en avant, entrer sans la sphère du Nouveau qui vient dans le monde. En vous arrêtant dans l'ancien chemin, vous trouverez toujours la même chose : vous mourrez, le prêtre dira le service funèbre, des discours de louange, que vous avez fait trois facultés, que vous avez de grands mérites pour la patrie. – Oui, cet homme a des mérites pour la patrie mais il n'en a pas envers Dieu. Le fait qu'il soit mort le prouve. Il est dit dans l'Ecriture : " C'est la vie éternelle de Te connaître, Unique Dieu. " J'ajoute à ce verset : " C'est la Vie éternelle, de connaître Dieu et de Le Servir. ". Mais les gens courent le danger en le servant de tomber dans l'autre extrême – s'ennuyer et quitter leur travail. C'est vrai, il y a beaucoup de causes qui peuvent les amener à cette situation. Mais si les gens ont une juste compréhension de la Vie, rien ne peut les détourner de leur chemin,rien ne peut leur faire perdre leur équilibre.

Je vous donnerai un exemple de la vie à la campagne (comme elle est plus près de la nature) et j'expliquerai pourquoi parfois les gens sortent des rails de leur vie. Un jeune paysan, laborieux, se lève tôt chaque matin avec le lever du Soleil, attelle ses bœufs et va labourer les champs. Tu vois – sa charrette est apprêtée, ses bœufs sont bien peignés, bien brossés. Lui-même, il est gai, joyeux, il chantonne, il aspire à la Vie. Il travaille toute la journée jusqu'à tard le soir sans se fatiguer, il est content. Le soir, il rentre à la maison gai et joyeux, il dételle les bœufs, leur donne à manger, rentre sa charrette et attend avec joie la journée suivante pour continuer son travail. Les journées s'écoulent l'une après l'autre imperceptiblement et un jour il rencontre une jolie jeune fille et s'éprend d'elle. Il n'a plus envie de travailler. Il sort tard le matin et il rentre tôt le soir. Il n'entretient plus sa charrette, les bœufs ne dont plus brossés, on ne l'entend pas chanter, ni le voit sourire. Il erre ébloui et il dit : " J'ai assez souffert, je n'ai plus envie de travailler, pourquoi cette destinée d'être esclave toute ma vie ? Jusqu'à présent j'ai travaillé, désormais, je voudrais profiter de ma vie. " Il s'endimanche, il met son chapeau neuf, sa ceinture neuve, il met une fleur sur sa veste et allez – il court les rues du village pour s'arrêter à la fin près de la cour de la jolie jeune fille et il patrouille comme un soldat de bout à bout. Ensuite, il s'arrête un instant devant le jardin, il veut voir le criminel qui se cache derrière les arbres. Il perd patience, il entre dans le jardin mais le jardinier y est enfermé, il n'est pas là. Il reste dedans et il observe en souriant ce que fait ce jeune homme. Quel est ce criminel, quels sont ses fers ? – Il s'intéresse le jeune homme, il veut tout savoir. C'est à cause de ce délinquant qu'il a délaissé son champ et ses bœufs. Ce délinquant – la jeune fille – reste dedans, avec une couronne de fleurs sur la tête et sourit. Maintenant le jeune homme a envie de prendre la fleur de la jeune fille. Pourquoi veut-il prendre sa fleur. Il veut la voler et il dit : " Jusqu'à présent j'ai labouré les champs mais rien ne se passe en travaillant. " Et il commence par prendre aujourd'hui une fleur de la jeune fille, demain – une autre et après avoir pris dix fleurs, il prend la jeune fille elle-même. C'est la première magie avec laquelle le jeune homme commence. Il sait que la jeune fille en se parant avec des fleurs, met quelque chose d'elle-même là dedans. Aujourd'hui il prend quelque chose d'elle-même, demain il prend autre chose jusqu'à ce qu'à la fin la jeune fille aille vers lui, il lui prendra ses fleurs et finalement elle restera avec lui.

Ce sont des rapports qui existent dans toutes les manifestations de la Vie. Ce sont des symboles que nous traduisons en langue humaine. Le jeune homme épouse une jolie jeune fille mais combien de temps peuvent-ils êtres heureux avec ces conceptions de la Vie ? Ils peuvent être heureux une ou deux années mais ensuite leur bonheur disparaît. Pourquoi ? – Parce que ni le jeune homme, ni la jeune fille n'ont la Vie éternelle en eux-mêmes. Tant que la femme porte en elle la lueur du Divin, elle peut être aimée par l'homme. Et tant que l'homme porte en lui la lueur du Divin, il sera aimé par la femme. S'ils perdent le Divin en eux-mêmes, l'amour de l'un vers l'autre disparaît. En d'autres termes, nous dirons que seul l'être pur peut être vraiment aimé. Si l'élément de l'impureté s'introduit, l'amour diminue graduellement jusqu'à cesser complètement. Si vous n'êtes pas aimé, sachez que vous en êtes vous-même la cause; le manque d'amour est la conséquence naturelle de l'impureté dans la vie. Quel est celui qui n'aime pas se baigner dans une source pure ? Mais si tu es une flaque ou un marécage qui entrerait se baigner en toi ? Chacun veut laver son visage, ses mains et ses pieds dans la source pure mais personne -dans le marécage.

Maintenant quand on comprend la signification de la Pureté dans son sens le plus large, elle doit être mise à la base de la vie physique. Pourquoi ? Parce que la santé de l'homme dépend de sa propreté intérieure et extérieure. Il est donc demandé à l'homme la pureté dans les idées ! A cet égard, en disant que l'homme ne doit pas s'occuper des défauts des gens et les critiquer, nous sous-entendons, qu'il ne doit pas détruire la Pureté de sa vie et s'exposer à la mort. S'occuper des défauts des humains est une véritable contamination qui détruit l'organisme humain. Qu'est-ce que vous y gagnerez ? Pourquoi vous occuper des péchés des autres ? Un proverbe turc dit : " Laisse celui qui est soûl, ne le tiens pas, qu'il tombe et apprenne ! " Le Bulgare se soûle plus facilement que le Turc. Le Turc en général est plus sobre. Quand il s'enivre, il marche, il tombe et se lève et se parle à soi-même : " Allez, lève-toi, Hassane ! Pourquoi tu t'es soûlé à ce point que tes jambes ne tiennent pas ? " Et il tombe de nouveau. – " Marche Hasane ! Pourquoi tu te soûles à ce point ? " Il se parle de cette façon et il s'en va à la maison. Une fois rentré, il se met à s'excuser auprès de sa femme, de s'être soûlé, parce que selon les lois de Mahomet, on ne permet pas à l'homme de se soûler. Le Bulgare quand il se soûle, d'abord manifeste son art de se battre. Parfois la femme aussi fait preuve de sa force; quand elle voit que son mari est soûl, elle se jette dessus pour le battre, elle le heurte et il tombe par terre. Il se lève et se jette sur elle pour la battre. Quand elle le jette deux ou trois fois par terre, il dit : " Qu'est-ce que tu veux dire par cela ? " – " Que tu as beaucoup bu ! " – " Eh, l'homme doit profiter de la vie quelque peu. " Il trouve que le vin est don de Dieu et on doit boire à satiété. Quand il s'est soûlé, le Turc trouve qu'il a commis un péché. Tôt le matin, il va se confesser auprès de l'Imam. Je dis : l'ivresse est une impureté. La gourmandise est une impureté. La calomnie est impureté. L'envie et grand nombre d'autres vices sont de l'impureté.

Donc, du point de vue hygiénique, si nous voulons être libres, nous devons rejeter toute impureté. Pour bien apprendre, et pour acquérir du savoir, il faut cultiver la pureté. Les savants filtrent les choses dans leurs recherches scientifiques avant de les purifier complètement. En parlant de la Pureté, nous avons en vue ces gens-là qui sont qui sont diligents dans le travail sur eux-mêmes et qui possèdent une forte impulsion pour la Pureté. Les autres qui ne comprendront pas de quoi on leur parle, diront : " Cette acquisition de la pureté absolue est bien difficile ". A tous ceux qui suivent le droit chemin, il est demandé de faire un pas supplémentaire en avant, et de pénétrer dans la sphère de la Pureté. Alors seulement on pourra leur parler de choses spirituelles, idéales. Tant que l'homme vit dans l'impureté, il ne convient pas de lui parler de choses spirituelles, parce qu'elles perdraient leur pureté. Il y a des sphères déterminées où la Pureté absolue règne. On ne peut en parler, ni y avoir accès.

Si l'homme y entre, il va tout souiller et mettre en désordre. On n'y permet aucun désordre, aucune désorganisation. Vous n'avez pas le droit d'y déplacer même une pierre. Quand vous serez arrivés à l'une des saintes sources de la Vie éternelle, vous y puiserez un verre d'eau et vous la boirez jusqu'au fond. On n'y permet pas de renverser une seule goutte d'eau. Qu'est-ce que vous faites, en allant auprès des sources du monde physique ? – Vous versez un verre d'eau, vous en buvez deux ou trois gouttes et vous jetez le reste. Dans le monde Divin cela n'est absolument pas permis.

Quand on commence à parler aux gens contemporains de choses pures, ils rient. Ils ne prennent pas conscience combien les choses saintes sont importantes. L'homme contemporain ne devient sérieux que dans le cas des situations les plus dures, les plus difficiles dans sa vie. Il commence à réfléchir sur Dieu, sur l'autre monde et il commence à croire qu'il y a quand même quelque chose d'autre qu'il ne comprend pas. Dès qu'on met la corde autour de son cou et que le prêtre vient lire la prière, il devient très sérieux : il regarde autour et il s'attend à un aide qui lui vienne de quelque part. Et si on le libère à ce moment, il éprouve une grande reconnaissance d'avoir la vie sauve. Et à ce moment il comprend ce que c'est que la Vie. La corde avec laquelle on pend les gens sont les mauvaises pensées. Les ennemis, les adversaires des gens sont ceux qui jour après jour leur donnent de mauvais conseils et deviennent la cause de ce qu'on leur met la corde autour du cou. Faites attention à ne pas être pendu comme ce saint qui a été trompé par le diable. Ce saint avait vécu dans le désert, où il passait son temps en prière et jeûnes et en profonde contemplation. Le Diable a décidé de le tenter et de le faire roi. Il a essayé différents moyens jusqu'à ce qu'il ait réussi à atteindre son but. Le saint est devenu roi mais peu de temps après les circonstances l'ont amené à la potence. Le Diable lui a dit : " Compte sur moi, je te libérerai ". Quand ils ont mis la corde autour du cou du saint, le diable est apparu et lui a dit :

— Regarde dans le lointain, tu aura une vision.

Le saint a regardé dans la direction que lui avait indiquée le diable.

— Tu vois quelque chose ?

— Je vois un âne.

— Ne vois-tu pas une autre chose ?

— Je vois un âne.

— Tu vois encore d'autre chose ?

— Je vois un troisième âne.

— Ils portent quelque chose sur leurs dos.

— Oui, ils sont chargés de sandales.

— Oui, ce sont les sandales que j'ai usées pour te faire pendre.

Celui qui suit les conseils du diable, la potence l'attend. On mettra la corde autour de son cou et puis on le pendra.

Dans la vie on observe des relations fausses. Ce sont les relations de l'impureté. Pour éviter cette vie, on doit être ponctuel : on doit accomplir le bien qu'on a promis ou décidé de faire. Dans la vie Divine, où règne la Pureté absolue, il n'y a pas d'oubli. Là tout se fait à temps et harmonieusement. La précision, la ponctualité sont des qualités de la vie pure. Celui qui vit dans l'impureté, obscurcit l'horizon de son Ciel comme les nuages obscurcissent le soleil. Voilà pourquoi vous entendez souvent les gens dire : " Je suis un peu triste. " – Oui, ton Ciel est nuageux. Si vous désirez que votre Ciel soit clair, apprenez à servir Dieu, à vous estimer vous-même et à aimer votre prochain. Vous appliquerez la même formule à votre vie personnelle de la manière suivante : servez votre esprit qui vous guide; estimez votre âme qui renferme tout ce qui a de la valeur; aimez votre corps et tous les êtres qui vous servent et vous aident dans la réalisation de la grande idée qui vit en vous. Vous acquerrez ainsi une idée claire de Dieu, et tout vous sera alors possible. Si vous ne servez pas Dieu, tout sera mort autour de vous. Si vous connaissez Dieu, si vous avez une idée claire de Lui, tous les rochers dans la Nature pourront bouger et seront légers comme des plumes. En fait, ils sont lourds et effrayants pour celui qui ne sert pas Dieu. Il est suffisant qu'il voit que ces rochers bougent pour que ses cheveux se hérissent d'horreur. Pour celui qui sert Dieu, tout dans le monde est vivant et en mouvement. Il peut faire une expérience et s'assurer que tout dans la Nature est vivant. Si nous voyons beaucoup de corps immobiles, c'est pour la seule raison que nous puissions manifester la vie, c'est à dire, vivre nous-mêmes. Un jour quand les gens termineront leur évolution sur la Terre, tous les êtres qui sont aujourd'hui immobiles, quitteront cet état, et manifesteront de la Vie. Beaucoup veulent dès aujourd'hui comprendre ce que deviendront les rochers. C'est une question facile. Ce qui importe c'est ce que vous deviendrez vous-même. Quand vous acquerrez la Vie Eternelle, vous visiterez encore une fois la Terre

Et alors vous verrez les changements qui y sont survenus. Si la conscience des gens est éveillée constamment, ils seront au courant de tous les changements qui prennent place sur la Terre. Maintenant, lors de cette interruption de la conscience, les gens contemporains attendent tout des savants – qu'ils leur expliquent toutes les anciennes transformations géologiques sur la Terre. C'est bien mais le temps est venu de l'éveil de la conscience humaine, du travail actif de la pensée; pour cela nous recommandons à tous les contemporains de tendre à la Pureté Absolue. Cette idée est toujours incompréhensible pour beaucoup de gens. Cela dépend de la situation dans laquelle ils se trouvent aujourd'hui. Après la Pureté, vient la Sainteté. Ce sont des synonymes. Ensuite vient le service. Si l'on n'est pas propre et saint, on ne peut pas servir. Enfin, après le Service vient l'Amour. L'être qui sait servir, peut aimer. S'il ne sait pas apprendre, il n'acquérra jamais la Liberté. Ces possibilités sont étroitement liées les unes aux autres. Celui qui a commencé à acquérir la pureté a déjà fait un pas en avant. C'est le chemin naturel et normal dans la Vie. Quelqu'un dit qu'il a déjà vieilli mais n'a pas profité de la vie. En fait, en quoi consiste la vie ? Supposez qu'un homme vit cent mille jours sur la Terre; de quoi a-t-il besoin pendant ce temps ? S'il mange trois fois par jour, il a besoin de trois cent mille repas. S'il boit cinq fois par jour de l'eau et comme chaque verre contient deux cent cinquante grammes d'eau donc, il a besoin de vingt cinq mille kilogrammes d'eau. Et s'il use chaque jour un costume, il aura besoin de cent mille costumes. Des savants disent que les cellules de l'organisme humain se renouvellent tous les sept ans; d'autres affirment que cette transformation s'accomplit tous le trois mois. Donc selon certains savant l'homme change de vêtement tous les sept ans, selon d'autres tous les trois mois et d'après moi – chaque jour. Un nouveau costume dure du lever au coucher du soleil. Comme vous voyez beaucoup de dépenses sont faites par un homme qui a vécu sur la Terre cent mille jours. Comment justifier ces dépenses si on n'a pas servi Dieu, s'il ne s'est estimé lui-même, s'il n'a pas aimé son prochain ?

Je vous répète : ceux qui ont la conscience éveillée gardent en eux l'idée de la pureté de leurs pensées comme règle, dans toutes les circonstances de la Vie. La pureté est une baguette magique que possède chaque être conscient. Levez-vous chaque matin avec l'idée de la Pureté. Que cette idée soit, pour vous tous, désirée et aimée comme l'est une jeune fille dans la pensée du jeune homme ! Et nous voyons comme le jeune homme l'attend, la cherche, à l'autre bout du monde. Que l'idée de la pureté soit la bien-aimée de chaque homme ! Quand il l'aperçoit qu'il s'arrête devant son image sacrée et pour l'étudier et la contempler. Car l'acquisition de la pureté vous liera au monde supérieur- à la Cause Primordiale. Ce n'est que dans ce monde que la constance et la solidité existent. Ce qui importe pour vous, ce sont les choses solides et constantes. Quoi de meilleur que de savoir qu'il y a un Etre raisonnable dans la vie qui vous aime toujours : quand vous dormez et quand vous êtes réveillé, quand vous êtes malade ou en bonne santé, si vous êtes intelligent ou ignorant, si vous êtes riche ou pauvre. Il n'y a rien de meilleur que de savoir que vos relations avec cet Etre envers vous sont toujours les mêmes. Si vous servez Dieu, tout le monde vous aimera.

Quelqu'un dit : " Je veux servir Dieu et je ne veux pas me marier. " Je dis : si tu résouds cette question sans Dieu, tu seras deux fois plus malheureux. Si tu ne te maries pas et tu te relies à Dieu, tu seras heureux. Si vous vous mariez avec l'accord de Dieu, si vous êtes tous les deux en relation avec lui, vous serez deux fois plus heureux. Cette idée, exprimée en votre langue, signifie ceci : chaque travail, chaque idée conçue, où participe le Principe Divin est pure, sainte et sublime. Ce n'est qu'à ce moment que l'homme peut être content. Quel est le but du couple ? Pourquoi deux âmes veulent-elles vivre en couple ? – Elles deviennent deux pôles par lesquels se manifeste la Vie Divine. Quand quelqu'un dit qu'il ne veut pas se marier, cela suppose que la région par laquelle il passe, est impure. Quand un voyageur passe auprès de beaucoup de sources et n'en boit pas d'eau, cela signifie, qu'elles sont malpropres. S'il en boit, elles sont propres. Je vous demande : Quand vous irez dans le Ciel, est-ce que vous vous marierez ? – Non. Donc, le mariage est une question secondaire. S'il s'agit de mariage, la première idée qu'on doit avoir en vue, est que l'Homme se marie à la Propreté. C'est le véritable mariage. Celui qui ne s'est pas marié à la Propreté est un veuf. Dans ce sens, quand une personne dit qu'il n'a pas envie de se marier, il se condamne lui-même à la mort. Epouser la Pureté, c'est un mariage dans le sens spirituel du mot. Celui qui se marie sur la Terre dans le sens physique, meurt; s'il ne se marie pas, il ne meurt pas. Dans le monde spirituel le processus est inverse. Donc, la relation avec la Pureté est une condition pour l'entretien de la Vie.

Les gens contemporains doivent libérer leur conscience de toutes les images impures. Ils doivent créer en eux-mêmes des notions propres, des images pures de la jeune fille, du jeune homme, du mariage, du célibat, de l'Amour, de la Vie Eternelle, des enfants etc. Un nettoyage intérieur fondamental attend tout le monde, pareil au nettoyage de Pâques. Donnez de jolies explications à tous les événements et les circonstances. Quand on me dit que quelqu'un pleure, je ne m'arrête pas sur l'homme qui pleure mais je dis qu'il pleut dehors, que la pluie arrose les fleurs dans le jardin de cet homme et elles se réjouissent. Quand on me dit que quelqu'un est joyeux, je comprends que le Soleil s'est levé pour cet homme et les fleurs dans son jardin sont écloses et dispensent leur arôme. Quand on me dit que quelqu'un bat sa femme, je comprends que dans cette maison on bat le blé pour l'emmagasiner dans la grange. Tachez, vous aussi, de remplacer les mauvaises images avec des images pures et pittoresques pour sauvegarder la Pureté dans votre conscience.

Cependant il y a un danger, celui de s'arrêter au seul côté extérieur de la Pureté. Ainsi en est-il par exemple du jeune homme paresseux qui ne travaille pas et ne s'occupe que de la propreté extérieure, demandant chaque jour de l'argent à son père pour acheter de nouveaux habits, des parfums, des peignes et des brosses dans l'unique but de plaire aux jeunes filles. De cette manière, il va se détruire lui-même et son père avec, mais il n'atteindra pas son but. Les jeunes filles le verront chaque jour endimanché et propre, mais il y aura quand même quelque chose qui ne leur plaira pas. Elles ne verront pas en lui un véritable homme. Les habits sont nécessaires mais l'habit ne fait pas le moine. Les beaux habits n'ont de valeur que s'ils sont portés par un homme intelligent. Le savoir, la force représentent pour l'homme impur la clochette dont on pare un cochon. Je dis : la première chose qui est nécessaire pour acquérir la Vie Divine est la Pureté. C'est à elle que les âmes aspirent, c'est pour elle qu'elles prient, c'est elle qu'elles cherchent. La Bible est pleine de versets qui parlent de la Pureté et de la Sainteté. Et c'est alors que devant l'homme pur beaucoup de possibilités se découvrent. Si l'homme impur ne peut pas se libérer de son impureté, les possibilité restent fermées devant lui. Le progrès, la lumière, le savoir, la force et la liberté dans le monde physique, dépendent tous de la Pureté et dans le monde spirituel – de la Sainteté. Les esprits sont d'autant plus forts qu'ils sont plus saints. Dans le monde divin, tout dépend de l'Amour. Quand vous descendez du haut en bas, vous travaillerez sur les idées suivantes : le service, le respect et l'Amour; si vous montez du bas en haut pour vous élever spirituellement

vous acquérez Pureté, Sainteté et Amour.

Aujourd'hui vous êtes tous conviés à la table de la Pureté, mais faites attention qu'aucune miette ne tombe par terre. Vous ramasserez tout le pain et vous le distribuerez aux gens que vous rencontrez. Quelqu'un dit : " Que les gens acceptent nos idées, notre credo ". Je demande quelles sont vos idées. – Soyez purs ! – Quel est votre credo ? – La pureté ! Chacun de vous doit se distinguer par sa forte aspiration vers la Pureté. Dédions cette journée à la Pureté ! Vous direz :

" Est-ce que tout est caché dans la pureté ? " – Elle est la première marche vers l'escalier de la Vie Eternelle. Montant la seconde marche, là encore vous lirez "pureté ". Elle est un monde immense et inépuisable. Le mot pureté à lui seul n'est pas une parole forte, mais nous nous en servons à défaut d'un autre mot plus fort qui la remplace. C'est la manière dont agit chaque jeune homme du village qui veut se marier. Il cherche et choisit la jeune fille la plus belle, la meilleure qui existe dans le village. On lui demande : "Pourquoi as-tu épousé cette jeune fille ? N'y en avait-il pas une autre qui soit meilleure, et plus jolie?" – "Elle est la meilleure. Faute de celle dont j'avais envie, je me suis marié à celle-ci. Et je suis content d'elle. " Nous aussi, nous nous servirons de ce mot simple et modeste pureté par nécessité pour exprimer un monde joli et majestueux. Le mot pureté n'est pas très joli, ni très fort. Il n'est pas la fille du roi. Son père n'est pas riche, mais c'est un homme honnête; sa mère non plus, n'est pas riche, mais elle est laborieuse. Donc, la pureté est née légitimement de bons parents.

Pour réaliser en vous l'idée de la Pureté, il faut que vous lui donniez des conditions favorables. Elle est encore dans l'état d'une petite forme, d'un grain qu'on doit semer et cultiver. Vous pouvez aussi vous grouper par deux, par trois, par cinq ou dix, et travailler ensemble sur l'idée de la pureté. Ce n'est que de cette façon que le monde peut changer. Certains soutiennent que le Seigneur peut tout faire, que les Anges nous aident, etc., il n'est pas nécessaire de travailler. C'est là une compréhension fausse dont vous devez vous garder. Le Seigneur a Son plan d'action. Quand Il viendra sur la terre, trouvera-t-Il des hommes et des femmes prêts à travailler ? Chacun doit se préparer donc par des efforts conscients à se développer, à se perfectionner suivant les méthodes et les règles les mieux appropriés. Savez -vous quelle sera la condition de celui qui attend une vie heureuse dans l'avenir sans présentement travailler ? Il ressemble à cette jeune fille qui attend depuis des années son bien-aimé afin qu'il lui assure une vie heureuse mais au moment où il se présente, elle tombe malade pendant trois ans. Qu'est-ce qu'il doit faire ? Partit ou attendre qu'elle soit guérie. Quelle sera sa situation si sa jambe est cassée et que son bien-aimé lui propose de la promener en automobile dans la ville ? Pour se promener en automobile dans la ville les jambes de cette jeune fille doivent être saines. Celui qui est dépourvu de vertus se trouve dans la situation de la jeune fille avec la jambe cassée. Les jambes de tout le monde doivent être saines. On arrivera à cela seulement si les gens changent leurs anciens points de vue et conceptions.

Quand nous apportons aux hommes une idée nouvelle, ils tremblent et prennent peur; ils ressemblent à ces jeunes enfants d'autrefois, dont les maîtres entraient à l'école avec des bâtons. Quand ils voyaient leur maître entrer avec une baguette dans sa main, ils savaient qu'il les punirait. Quand il entre en classe, le maître voit qu'ils ont fait lever la poussière et sans savoir qui est le coupable, il commence à les taper à tour de rôle : l'un sur la tête, l'autre sur le bras, il les tape tous et puis il sort dehors. Mais les professeurs d'aujourd'hui n'entrent pas en classe, la baguette à la main. L'éducation contemporaine diffère de celle d'autrefois; maintenant nous avons de nouvelles méthodes et moyens pour l'éducation des enfants. Quand je propose une nouvelle idée devant vous, vous vous effrayez selon l'ancienne habitude, vous pensez que je porte une baguette à la main. Non, j'entre sans bâton, sans baguette. C'est une méthode qui n'est pas à recommander, il n'est pas économique. Quand le professeur entre en classe avec une baguette, une grande partie de son énergie s'en va. Aujourd'hui on a remplacé la baguette par la plume, par le crayon. Ce sont des baguettes magiques de l'époque actuelle. Chaque élève doit saisir ces baguettes pendant que le maître enseigne.

Donc, vous inscrirez dans votre conscience l'idée de la Pureté Absolue. Et si on vous demande ce dont on a discuté auprès du Cinquième lac, vous direz : " Ce qu' aucune oreille n'a entendu et aucun œil n'a vu. "

On nous a parlé de l'hygiène du point de vue de la Pureté Absolue.

Traduction : Tania Dimitrova

Copyright (c) 1997 Publishing House "Byalo Bratstvo" All Rights Reserved

 

Home English Russian French Bulgarian Polish Deutsch Slovak Spanish Italian Greek Esperanto

About    Search History    Top 100    Search Help