Home English Russian French Bulgarian Polish Deutsch Slovak Spanish Italian Greek Esperanto
search help
search in titles only
  FontSize-- FontSize++  

 La Vie Raisonnable

Première conférence du Maitre Peter Deunov – Beinça Douno, donnée à la Classe Occulte des Jeunes, le 21 octobre 1923, Sofia.

Le Maitre a salué avec la formule : « Seul le chemin clair de la Sagesse mène vers la Vérité ».

Nous avons répondu : « Elle nous réjoui continuellement ».

La Prière Secrète.

Ce soir, je vous parlerais de la Vie Raisonnable. La science contemporaine définit la vie de plusieurs façons. Elle la définit dans sa forme simple, comme une impulsion de l’intérieur vers l’extérieur, c’est-à-dire, du centre vers la périphérie. La Science Occulte définit la vie comme une condition pour la manifestation du Raisonnable dans le monde. C’est pour cela que la Vie Raisonnable commence avec la manifestation de deux états transitoires – des états de joie et de souffrance, mais pas comme vous les comprenez. La souffrance, c’est une des conditions les plus importantes pour la Vie. Il n’y a pas de bien plus grand que la souffrance et c’est pour cela qu’elle précède la Joie.

Schéma 1

Ces états de souffrance et de joie peuvent êtres exprimés graphiquement de la manière suivante

(Schéma 1) : De point A vers le haut, commence un mouvement vers le point C. Ce mouvement est ascendant, ce qui exprime l’état ascendant de l’intellect. Du point C vers le point B, il y a un autre mouvement vers le bas, qui exprime l’état descendant du cœur. Le troisième mouvement, du point B vers le point A – l’état de conciliation, qui exprime l’accumulation créative de l’énergie volontaire.

De cette façon, on peut classifier tous les états de joie et de souffrance dans la Vie. Par exemple, pendant le mouvement ascendant de A vers C, vous dépensez de l’énergie, vos jambes s’affaiblissent, mais puisque votre but est élevé, en C, et que vous vous approchez de lui, vous vous réjouissez, parce que dès que vous arriverez au point C, tous les sacrifices que vous avez faits serront récompensés. Quand vous arriverez au point C, commence alors la descente vers le point B, c’est-à-dire que les souffrances commencent. Alors vous dites : « Tout est fini, il n’y a pas d’espoir, c’est la descente. »

Cependant, les cotés AC et CB sont en mouvement permanent et, en même temps, ils s’allongent et se raccourcissent continuellement, ce qui fait que vous avez des joies et des souffrances plus grandes et plus petites. Pour le moment, je m’arrête seulement sur ces deux états – AC et CB. Une autre fois, je vous expliquerais comment les points A et B sont connectés et quel rôle ils jouent dans la Vie. Parfois, vous provoquez les souffrances prématurément, et cela arrive toujours quand vous provoquez les joies prématurément. Donc, si vous laissez les choses couler d’après leur chemin divin, naturel, d’après les lois que la Nature a déterminé, les souffrances et les joies viendront en vous exactement à temps et votre Vie sera alors agréable et sensée.

Maintenant, je vais vous demander : comment vous allez m’expliquer philosophiquement, d’où provient le désir en l’homme de chercher la Joie ? Qu’est - ce que l’on constate lors des joies et des souffrances de la vie ? Chaque joie pour un être, est une souffrance pour un autre être. Et inversement – la souffrance pour un être, est une joie pour un autre être. Le cheval, sur le dos duquel un homme est assis, souffre, mais pour l’homme, cela est quelque chose d’agréable, c’est même une grande joie. Donc, la joie de l’homme, n’est pas une joie pour le cheval. Mais si le cheval de cet homme réussi à s’échapper quelque part dans la forêt, le cheval se réjouit, il saute, parce qu’il est libre. Dans ce cas, c’est l’homme qui souffre. Je dis : quand tu étais sur le cheval, tu te réjouissais, et maintenant c’est le cheval qui se réjouit – donc, les états changent. L’homme dit : « Mon cheval est parti ! Comment vais - je voyager maintenant ? » Quand le maitre se réjouit, le serviteur souffre; quand le serviteur se réjouit, le maître souffre. Ce n’est pas une loi absolue, mais cela exprime la relation qui existe entre certaines forces. Dans l’état actuel, dans lequel vous vous trouvez, dans cette vie transitoire que vous traversez, c’est comme cela que vous devez voir les choses, pour que votre bateau puisse avancer librement et ne pas couler quelque part dans la mer. Dans l’avenir, quand la vie s’organisera différemment, alors le maître et le serviteur se réjouiront en même temps.

Depuis des siècles, depuis des temps immémoriaux, les enfants qui naissent arrivent avec les poings serrés. Qu’est ce que cela signifie ? Avec cela, l’enfant dit : « Je viens pour conquérir ce monde. » Il grandit, il se bagarre avec la vie, il tombe, il se relève, jusqu’au jour où enfin il meure, il ouvre ses poings et relâche ses mains. Qu’est ce que signifient maintenant les mains ouvertes ? Cet homme dit : « Je n’ai rien pu capturer dans ma vie. » Dans l’avenir, les enfants naîtront avec les mains ouvertes, ce qui voudra dire : « Nous sommes jeunes, forts, nous allons travailler pour obtenir quelque chose. »

Les personnes âgées, celles qui auront travaillé dans la vie mourront avec les mains fermées, ce qui voudra dire : « Je porte une grande idée avec moi et je ne regrette pas de quitter ce monde. J’ai vécu avec une compréhension correcte de la vie, et maintenant je sais ou je vais. » Cependant, en ce qui concerne l’état actuel dans lequel l’homme se trouve, les Turcs disent :

« Il est venu comme un voeu et il est parti comme un bœuf. »

Les souffrances et les doutes que vous portez, vous qui êtes des disciples, s’amplifieront beaucoup, mais vous devez être forts, vous devez résister. Les disciples de l’Ecole Occulte doivent êtres forts ! Les disciples faibles ne peuvent pas entrer dans l’Ecole Occulte, les faibles restent dehors. Là-bas, premièrement, on testera votre caractère, pour voir si vous vivez d’après la loi de l’Amour ou si vous agissez poussés par la peur. Seuls les hommes nobles vivent d’après la loi de l’Amour, d’après les lois de la Vie raisonnable; ceux qui ont peur n’acceptent pas l’Amour, ce sont des hommes cruels. Quand vous entrerez à l’Ecole, on vous testera en premier sur la témérité. Aujourd’hui en Bulgarie, il a des conditions favorables pour que les disciples occultes passent des épreuves.

Je vous donnerais une règle : Mets toi en colère, sans être en colère ! Décourage toi, mais garde ta foi !

Vous portez tous des carafes pleines d’eau, mais si vous croisez quelqu’un qui vous dit que quelque part il y a une source pure et belle, vous viderez immédiatement l’eau de votre carafe et vous partirez à la recherche de la source indiquée. Vous marcherez une heure, deux heures, trois heures, cinq heures, dix heures, et là seulement vous trouverez la source. Ne videz pas l’eau de votre carafe prématurément ! Quand vous arrivez auprès de la belle source, à ce moment-là videz la ! Qu’est ce que représente la carafe d’eau ? - Ce sont vos connaissances.

Admettez maintenant, qu’il a un désir qui naît en vous – le désir de tout connaître. Avez-vous une idée claire de ce que cela veut dire, de tout connaître? Je vais répondre en partie seulement à cette question : tout connaître, cela veut dire pouvoir définir toutes les possibilités et conditions qui se trouvent autour d’un point sur lequel tu es à un moment donné. Chaque point contient certaines possibilités, à travers lesquelles tu peux te manifester. Ces possibilités peuvent être une, deux, trois, dix ou cent, mais si tu es capable de les définir toutes, cela veut dire que tu connais tout. Les gens d’aujourd’hui veulent connaître non seulement les possibilités qu’ils ont dans leurs vies, ils veulent aussi connaître les possibilités qui existent dans les vies des autres, mais cela n’a pas d’utilité pour eux. Prenez par exemple un chimiste d’aujourd’hui, savant dans sa matière, et demandez lui, ce qu’il a comme certitude sur les éléments avec lesquels il travaille ? C’est vrai, il connaît leurs particularités, il connaît les lois auxquelles les éléments obéissent pendant la combinaison qu’ils forment les uns avec les autres, mais sur l’essentiel de la matière elle-même, sur l’essentiel des forces cachées dans les éléments, il connaît ce que connaît quelqu'un qui n’a jamais étudié la chimie. Le chimiste dit que l’hydrogène et l’oxygène se combinent et cela forme l’eau, mais est-ce qu’il a vu cela ? Lui-même, il ne l’a pas vu, c’est la science qui le dit. Philosophiquement on peut contester, que l’hydrogène et l’oxygène existent. Le fait que l’hydrogène et l’oxygène forment l’eau, peut être vrai ou faux. La formation de l’eau peut être expliqué d’une autre façon aussi. Nous ne voulons pas détruire vos compréhensions actuelles de la vie, les connaissances scientifiques actuelles que vous avez, mais nous disons que certaines personnes peuvent penser différemment. C’est un fait que l’eau existe dans le monde, nous connaissons son prix, son utilité, mais comment elle s’est formée – cela reste une question pour la science de l’avenir.

Vous n’avez pas encore commencé à apprendre la vraie science. La science que vous apprenez aujourd’hui à l’université est seulement une préface, une préparation pour la grande science de l’avenir. La science contemporaine représente les briques nécessaires à la construction de ce grand édifice de l’avenir. Cette connaissance que chacun d’entre vous acquière durant soixante ou soixante-dix ans de vie, on la déposera dans les chaudrons de la science de l’avenir. Dans ces chaudrons, elle fera bouillir les connaissances acquises par tous les gens, et elle les recueillera dans un petit récipient, comme ceux dans lesquels on recueille l’essence de rose. Il est petit mais précieux ce récipient! Tout le monde le portera dans sa poche et dira : « J’ai beaucoup travaillé dans ma vie et j’ai a peine gagné ce petit récipient ». La Nature aussi, de la même façon, fait bouillir dans ses chaudrons nos expériences, nos connaissances, nos acquisitions, et en fait sortir quelque chose de petit mais précieux. Même si on accroche l’aiguille la plus petite à une âme qui va au Ciel, ce sera lourd. Avec cette aiguille, elle atteindra seulement le Deuxième Ciel et elle s’arrêtera – tellement l’aiguille est lourde. L’aiguille la plus petite de ce monde est capable de vous arrêter dans votre chemin. Donc, tous les désirs inférieurs qui sont en vous vous arrêteront et vous commencerez à descendre. Ensuite viendra un désir élevé et vous monterez. Ainsi vos états changeront en permanence : vous allez vous réjouir et souffrir, vous aller monter et descendre, et pendant ce temps, ce triangle va se mouvoir et s’élèvera de plus en plus haut jusqu’aux points C1C2…(Schéma 2) Vous direz enfin : « Où est la fin de ce triangle ? » Il est sans commencement et sans fin.

Schéma 2

Et maintenant, revenons à la Vie. La Vie est une condition pour la manifestation du Raisonnable.

Voilà pourquoi, nous devons aspirer à la Vie, pour acquérir le Raisonnable, et c’est seulement le Raisonnable qui peut nous apprendre comment utiliser les conditions dans lesquelles nous sommes mis. Maintenant, vous êtes tous jeunes – certains ont fini le lycée, certains sont étudiants, d’autres ont déjà fini l’université. Tout cela est bien pour le moment, mais après cinquante, soixante, soixante-dix ans, vous serez vieux et vous perdrez cette inspiration que vous avez maintenant. Tout ce qui vous fascine aujourd’hui va fondre comme fondent la neige et la glace. Je vous demande, sur quoi sera alors basée votre vie? Lorsque vous faites vos études, vous dites:

« Finissons l’université et devenons professeurs! » Bien, vous finissez l’université, vous devenez professeurs, vous enseignez 20 – 30 ans et après on vous met à la retraite. Je vous demande, qu’avez vous acquis avec tout cela? Posez vous la question philosophique suivante: Qu’est ce que le moulin a acquis après avoir broyer 15 mille tonnes de blé? Il n’a rien acquis. Combien de pierres se sont usées pour broyer ce blé! De la même façon, si notre vie passe à travers nous comme l’eau passe à travers les meules, à quoi cela nous sert-il? Ce n’est pas une Vie, c’est une action mécanique. Donc, les souffrances montrent que notre vie est déraisonnable – rien de plus. Pourquoi souffrons – nous? – Parce que nous sommes déraisonnables. Pourquoi nous réjouissons – nous? - Parce que nous sommes en train de devenir intelligents. Cela est un simple fait. Lorsqu’un homme finit ses études de musique et qu’il sait bien jouer, ou lorsqu’il finit ses études de peinture et qu’il sait bien peindre, n’est-il pas joyeux? Il se réjouit car il a quelque chose de raisonnable, avec lequel il peut se manifester. L’idiot ne peut pas se réjouir.

Donc, ne demandez pas pourquoi les souffrances viennent. Quand les souffrances viennent, vous devriez dire: « Nous devons être raisonnables! » Cependant, vous dites: « Pourquoi le Seigneur me donne-Il ces souffrances? Pourquoi la Nature me donne t– elle ces souffrances? » Avec ces souffrances, la Nature veut vous rendre raisonnables. Elle dit: « Tu ne comprends pas la Vie, écoute-moi, c’est moi qui vais t’apprendre! » La souffrance, c’est le langage de la Nature. Vous, les disciples de l’Ecole Occulte, c’est comme cela que vous devez comprendre cette question. Chaque jour, vous avez au moins dix occasions pour vérifier que cela est véridique. Il vous arrive quelque chose de désagréable, dites : « Je dois être raisonnable! » Il vous arrive un échec, dites : « Je dois être raisonnable! » Si vous dites cela, il commencera à apparaître en vous une Lumière intérieure, un contentement intérieur.

L’autre question que vous devez prendre en considération c’est que l’on ne vous a pas donné cette vie par hasard. Il y a des milliers d’Etres Raisonnables qui s’occupent de votre vie. Toutes les pensées, sentiments, désirs, tous les élans, impulsions, inspirations que vous avez pour le Bien, tous sont le résultat du travail de ces forces raisonnables de la Vie, qui oeuvrent au sein de votre vie, pour que vous l’utilisiez d’une bonne façon. Elles ne vous forcent jamais, elles vous laissent agir librement car elles travaillent raisonnablement. Mais quand elles veulent vous montrer que vous vous êtes trompés, elles vous créent une petite souffrance. Quand elles veulent vous montrer que vous avez acquis quelque chose de ce qu’elles vous ont appris, elle vous créent une petite joie. Si vous compreniez la Vie de cette façon, la science contemporaine vous serait toujours utile. Par exemple, si vous êtes médecin et que vous comprenez la Vie raisonnablement, vos médicaments, vos méthodes donneront de bons résultats. Autrement, vous deviendrez rapidement indifférent, au milieu des malades et l’essentiel vous échappera.

Elle n’est pas enviable aujourd’hui la situation du médecin avec les compréhensions contemporaines de la Vie qui sont les siennes. Il va auprès d’un malade, auprès d’un autre malade, il touche celui-ci, il touche celui-là, il donne toujours quelque chose de lui et tous les malades attendent qu’il les aide. Elle n’est pas enviable non plus la situation d’un architecte ou d’un agronome, ou de n’importe quel savant. Pourquoi ? Tous ces savants s’occupent d’un certain domaine de la science, travaillent avec certains éléments qui sont inférieurs à eux, et cela les influence. Le médecin par exemple, étudie les états maladifs de l’organisme humain; l’agronome étudie les conditions dans lesquelles vivent les plantes; le biologiste étudie l’état des cellules dans les organismes – comment elles se developent etc. Mais tout cela n’est pas encore une science. C’est une préface de cette grande science qui viendra dans l’avenir. Si les gens d’aujourd’hui avaient cette nouvelle science, ils auraient transformé leur vie.

Avez-vous observé comment certaines oppositions se manifestent en vous-mêmes ? Regardez, dans une classe occulte comme celle-ci, ou dans un établissement supérieur d’éducation, parmi les très bonnes choses apparaissent aussi certaines manifestations négatives. Par exemple, certains élèves ne peuvent pas se supporter entre eux. Vous parlez de morale, d’Amour, mais dès que vous devez manifester votre morale, votre Amour, vous ne savez pas comment les manifester. Avant d’avoir comprit ce qu’est la Vie Elle même, vous ne pouvez pas comprendre l’Amour car vous avancer d’une façon évolutive – de bas en haut. La Vie est un résultat de l’Amour. Donc, premièrement, vous devez comprendre le résultat pour comprendre ensuite ce grand principe – l’Amour, duquel la Vie découle.

Quand ils réfléchissent de cette façon, les gens d’aujourd’hui tombent souvent dans le dogmatisme. Tout le monde comprend qu’il faut vivre, mais comment faut-il vivre? Ils disent : « Il faut qu’on assure le lendemain! » Dans les conditions d’aujourd’hui, on comprend la Vie seulement comme un processus où il faut manger et boire. On va ensemencer les terres, on va labourer, on va rassembler la récolte, on va remplir les granges – dans tout ce qu’on fait, on étudie la loi de la nutrition. Demandez à n’importe qui : « Apres votre mort où irez-vous? Qu’y a t-il après cette vie ? » Tout le monde dit : « On ne sait pas, vivons chaque jour comme il vient, comme le Seigneur a fait les choses, on ne veut pas penser a l’avenir. » Cela n’est pas une Vie, cela c’est étudier la loi de la nutrition. Quand on fera le deuxième pas dans la Vie, alors la vie sera dans un état transitoire menant vers la Vie Raisonnable, nous aurons une compréhension correcte des choses et tout dans notre vie prendra un sens. Je ne dis pas que vous ne devez pas manger, mais je considère que manger c’est une condition pour la vie, et la Vie est une condition pour la manifestation du Raisonnable dans le monde.

Maintenant, en réfléchissant comme ça, vous vous induisez en erreur. En quoi consiste cette erreur ? Vous pensez que vous êtes les seuls facteurs actifs dans le monde et c’est pour cela que vous dites qu’il faut assurer le lendemain. C’est une grande erreur. Vous devez savoir qu’à la vie de chacun d’entre vous, participent le Monde Divin et les Mondes Angéliques. Donc, la Vie Raisonnable participe activement à votre vie. Et souvent, la mélancolie, le pessimisme qui vous envahissent, qui vous font penser que vous n’aller pas réussir, que vous n’aller pas réaliser vos désirs, que vous ne pourrez pas vous manifester, toutes ces pensées-là sont des illusions. Tout se réalisera dans votre vie, mais il vous faut de la patience et de la persévérance alors que vous vous précipitez.

L’autre erreur capitale qui vous fait trébucher c’est que vous vous efforcez de comprendre la vie extérieure, sans avoir comprit votre vie intérieure. Si vous voulez comprendre la Vie tout d’abord de l’extérieur, et après de l’intérieur, moi, je vous présenterais une image qui reflète votre philosophie, pour que vous compreniez dans quelle situation vous vous trouvez. Admettez que vous êtes mes invités et que je vous ai préparé un très bon plat dans une casserole, mais j’ouvre le couvercle de la casserole et je vous dis : « Regardez le plat et réfléchissez, prononcez vous sur lui, mais ne le goûtez pas. » Pourriez-vous dire quelque chose sur ce plat ? Non, on doit d’abord goûter le plat intérieurement et à partir de là, nous pourrons faire des déductions vraies et positives sur celui-ci. Un homme souffre; entre à l’intérieur de toi-même et tu comprendras pourquoi il souffre, n’essaye pas de comprendre de l’extérieur quelle est sa souffrance. Un homme se réjouit, et toi, tu veux comprendre pourquoi il se réjouit; entre à l’intérieur de toi-même et tu comprendras pourquoi cet homme se réjouit. Vous direz : « Mais comment cela est-il possible – un homme souffre ou se réjouit, et il faut que j’entre en moi-même pour comprendre la raison de sa souffrance ou de sa joie ? » Je vous expliquerais, comment cela peut marcher et pourquoi c’est nécessaire. Admettez que vous allez chez un ami et alors que vous êtes encore dans la cour, vous voyez sa petite fille ou son petit garçon sauter en se réjouissant de quelque chose. Vous vous demandez pourquoi cet enfant se rejouit-il. Je dis : entrez dans la chambre de cet enfant et vous verrez pourquoi il se réjouit. Quand vous entrerez dans sa chambre, vous verrez que son père lui avait acheté une belle poupée, si c’est une fille, ou un beau cheval, si c’est un garçon. Voilà la raison de sa joie, il n’y a pas d’autres !

De là, je tire la loi occulte suivante : Pour comprendre la vie des autres, il faut que tu entres en toi, que tu saches comment ouvrir la Lumière et éclairer tout l’espace autour de toi. C’est seulement de cette façon que tu comprendras la raison des souffrances et des joies que portent les hommes. Vous avez tous besoin de Lumière ! L’homme comprend les autres en fonction de sa capacité à projeter de la Lumière dans le champs où ils vivent. S’il est capable de projeter la Lumière, il les comprendra; s’il n’est pas capable de projeter la Lumière, leur vie lui restera incomprise. Et alors, nous disons : On comprend la Vie seulement si on possède cette Foi absolue, qui est celle que l’homme doit avoir en Dieu, qui est le but et le sens de la Vie Raisonnable. Tous les êtres aspirent à Lui car c’est Lui qui donne sens à leur vie. Si, parfois, vous perdez le morale, ne vous découragez nullement ! Si votre vie perd son sens, si vous vous découragez, dirigez votre regard, votre pensée vers le Raisonnable dans le monde, et l’aide qui vous est nécessaire viendra. Si vous agissez ainsi, peu import la situation dans laquelle vous êtes, votre vie deviendra sensée.

Une jeune mère m’a raconté son expérience avec son petit enfant de dix ans : un jour, il tombe très sérieusement malade. A cause d’un refroidissement sévère, il perd connaissance, et sa température monte à 40°. La mère appelle un médecin. Quand il arrive et qu’il voit l’enfant dans cet état, le médecin recommande qu’on lui fasse une compresse d’eau froide. La mère commence à préparer la compresse, mais a ce moment-là, l’enfant revient à lui et dit avec peine : « Je ne veux pas de compresse froide, j’en veux une chaude, avec de l’eau chaude… » - Il prononce ces mots et à nouveau il perd connaissance. Qu’est ce que cela signifie-il ? Cela signifie que le Raisonnable ou le Divin dans cet enfant dit à propos de la maladie : on guérit le chaud avec le chaud. Telle est la grande loi. À l’Amour, on répond avec Amour, et à la haine, on répond avec la haine. De là on tire la déduction suivante: on ne soigne pas la souffrance avec de l’Amour. Pour illustrer cette situation, les Bulgares ont un proverbe : « Le coin à fendre fait sortir le coin à fendre. » Comment fait-on pour faire sortir le coin ? On fait sortir le coin quand on fend tout l’arbre. Mais savez-vous que signifie le fait de fendre? Fendre pour faire naître la Vie, je comprends, mais fendre pour produire la mort, je ne comprends pas. Quand vous plantez une graine dans la terre, la graine se fend. L’humidité et la lumière solaire s’introduisent dans la graine comme un coin. Dans cette graine se produit une ouverture, une fissuration, et en elle apparaît un fort désir de grandir. Cette grande énergie fait qu’elle se dirige vers le Soleil. Dés qu’elle sort à la surface de la terre les souffrances de cette graine s’achèvent. Donc, chaque souffrance est précédée par une forte impulsion vers la Vie dans un but déterminé. Ce but peut vous être connu, ou il peut vous être inconnu, mais vous devez toujours laisser libre cours à ces énergies, vous ne devez pas les entraver.

Donc, conservez cette pensée essentielle en vous : la Vie est une condition importante pour la manifestation du Raisonnable. Et le Raisonnable donne un sens au but auquel on aspire. Si vous avez ce principe Raisonnable ou Divin en vous, vous pouvez tout accomplir. Si vous n’avez pas le Raisonnable en vous, vous aller souffrir pour l’acquérir. Quand vous l’aurez acquit, votre chemin s’ouvrira tout de suite. Le Christ a exprimé cette idée de la manière suivante : « C’est la Vie Eternelle, de Te connaître Toi, le seul vrai Dieu. » Cela sous-entend : acquérir le Raisonnable, c’est la Vie Eternelle car Dieu est grande Sagesse, grande Raison. Vous devez savoir que tout ce qui se produit dans la Vie est raisonnable. Quand je dis que tout dans la Vie est raisonnable, je ne sous-entends pas que tout ce que vous faites, tout ce que vous comprenez, est raisonnable, mais je dis que tout ce qui se produit dans la Nature Vivante, et tout ce qui nous ai imposé de l’intérieur, par nécessité, est raisonnable. Si c’est raisonnable, c’est le bien. C’est pour cela que tous, vous devez êtres courageux et déterminés, et savoir qu’il n’y a pas de force dans le monde, qui peut vous faire trébucher et vous écarter de votre chemin, sauf vous-mêmes.

Maintenant, en lien avec cette question, je vous poserais une autre question : pouvez vous connaître un homme qui ne se connaît pas lui-même ? On peut connaître seulement le Raisonnable. Si un homme est déraisonnable, comment le connaîtra-tu ? Ceux d’entre vous qui étudient la philosophie, qu’ils disent s’ils peuvent connaître l’homme déraisonnable.

S’ils disent qu’ils peuvent le connaître, c’est une fausse philosophie. Pourquoi ? Admettez que moi j’ai une bourse et vous vous dites la connaître. Je vous demande, en quoi consiste la connaissance de la bourse ? La connaissance d’une bourse consiste en la connaissance de l’argent qu’elle contient. Si elle est vide, qu’allez-vous connaître d’elle? Mais si vous ouvrez cette bourse, que vous comptez le nombre de pièces qu’elle contient, et que vous dites qu’elle contient 100 pièces, je dis : oui, vous avez raison, vous connaissez cette bourse. Cette bourse existe pour l’argent. Mais si j’ouvre une bourse vide, est-ce que je peux la connaître ? Donc, les hommes stupides sont des bourses vides et les hommes intelligents sont des bourses pleines. La bourse pleine, on peut la connaître, et la bourse vide, on peut seulement la mettre de côté. D’après votre philosophie, vous dites : « Moi j’ai besoin d’une bourse vide pour l’utiliser quand j’aurais de l’argent. » À ce moment-là apparaît cette question qui date du Moyen Age : Qu’est-ce qui a existé en premier – la poule ou l’œuf ? Qu’est-ce qui a existé en premier – la bourse ou l’argent ? C’est une question profonde que nous allons laisser pour le moment.

Pour la prochaine fois, je vous donnerais le thème numéro 1 : « Origine de l’œuf et de la poule». Vous aller développer ce thème philosophiquement, l’analyser et le prouver scientifiquement.

La pensée importante que je vous laisse ce soir, qui est en lien avec les autres pensées, c’est que la Vie est une grande condition pour la manifestation du Raisonnable dans le monde. Les Joies – c’est le chemin vers le haut, les souffrances – c’est le chemin vers le bas. Donc, quand la Vie Raisonnable se manifeste dans le monde, elle porte avec elle la souffrance comme un indicateur nécessaire du chemin. C’est pour cela que lorsque les Etres raisonnables se réjouissent et vivent bien, ils prennent toujours la moitie de leur bien et le donnent à ceux qui souffrent. De cette façon, ils résolvent correctement les problèmes de la Vie.

Je vous parle maintenant de cette question car je m’aperçois que, souvent, vous vous désespérez. Quelques fois, vous êtes inspirés, soulevés, vous pensez que vous avez toutes les possibilités, mais peu de temps après, je vous vois plumés et vous dites :

« Il en est fini de nous !» Je dis : Attendez, ne vous précipitez pas, aujourd’hui vous avez perdu quelques plumes, mais, dans peu de temps, vos plumes repousseront. Dans cinq – six mois, vous allez de nouveau pouvoir vous envoler vers les hauteurs, votre équilibre reviendra. Quand on souffre beaucoup et quand on se réjouit beaucoup, les deux états sont agréables. Ne vous découragez pas ! C’est cela le Raisonnable dans le monde. C’est ainsi que vous devez agir en tant que disciples de l’Ecole Occulte, en tant que disciples de l’Amour. Certains pensent qu’ils ont un Amour plus grand que celui des autres. L’Amour ne peut être ni plus grand, ni plus petit.

Vous devez tous, aspirer à une réflexion saine et non à une réflexion ordinaire. Quand tu commenceras à beaucoup souffrir, tu te demanderas pourquoi tu souffres, quelles sont les raisons, etc. Cela est nécessaire pour vous, pour que vous puissiez tirer quelque chose d’utile de ces souffrances. Sachez que, quand une grande joie vient à vous, derrière elle se trouve une grande souffrance; et quand une grande souffrance vous arrive, derrière elle se trouve une grande joie. Par exemple, un de vos oncles décède, et il vous laisse un grand héritage de dix millions de leva. Vous vous réjouissez, mais derrière cette joie se trouvent de grands malheurs. Quels sont, par exemple, les malheurs qui vont vous arriver? Jusqu'à ce moment, vous aviez la foi en Dieu, vous aimiez vos prochains, mais après être devenu riches, vous vous éloignez de tout le monde, vous commencez à penser seulement à vous-mêmes, vous perdez foi en vos prochains, vous devenez très égoïste. Tout cela fait venir votre malheur. Mais si, avec cette richesse, vous pouvez sauvegarder votre foi en Dieu et votre amour envers vos prochains, cette richesse sera pour vous une bénédiction. Si votre richesse vous apporte un grand malheur, elle ne vous est pas nécessaire. Vous aller me contester : « Comment allons-nous finir l’université sans argent ? » Vous êtes étonnants ! C’est avec l’argent que l'on finit l’université ? Ce qui vous aide à finir l’université, c’est votre intellect qui vous a été donné par Dieu, et l’argent dans ce cas n’est pour vous qu’une illusion. Si vous allez en Amérique, vous aller voir que là-bas il y a beaucoup d’étudiants et d’étudiantes pauvres. Ils finissent l’université avec succès simplement en allant chez des personnes riches pour les aider – ils allument leurs cheminées, ils font chez eux ce qu’il y a à faire. Ailleurs, vous aller rencontrer des fils de riches américains, pour qui leurs pères dépensent quarante cinquante mille dollars par an, mais qui eux n’arrivent pas à finir l’université. Il y a des exceptions chez les fils des riches comme chez les pauvres, mais ce que je veux dire c’est que la force n’est pas dans l’argent. Des pauvres il y en a parmi les riches, et des pauvres il y en a parmi les pauvres. Le riche est pauvre quand il est déraisonnable; le pauvre est pauvre quand il a toutes les conditions pour être raisonnable, et qu’il ne les utilise pas. Alors, sa pauvreté est encore plus grande.

Maintenant, vous devez êtres remplis d’espoir par ces idées lumineuses, savoir que vous pouvez vous frayer un chemin vers la Vie Raisonnable et que ce chemin est positif. C’est à ce moment-là que vous comprendrez que ce Chemin vous ait prédestiné et c’est pour cela que tout ce qui est raisonnable vous aidera à l’atteindre, à vous engager sur ce Chemin déjà tracé. Ne laissez pas le Chemin sacré que Dieu a tracé pour vous ! C’est le Chemin du Raisonnable en vous.

Exercice : On pose la main gauche librement sur le genou, on lève le bras droit sur le côté horizontalement, ensuite – on amène le bras vers l’avant, vers le haut, vers l’arrière en cercle, vers le bas. On répète cette rotation du bras plusieurs fois. On fait la même chose avec le bras gauche, ensuite – avec les deux bras ensemble. Les bras s’arrêtent horizontalement et descendent vers le bas.

Vous ferez cet exercice pendant la semaine dans les cas où vos pensées ou vos sentiments s’embrouillent. Quand ce sont vos pensées qui s’embrouillent, vous aller faire l’exercice uniquement avec le bras droit, et quand ce sont vos sentiments qui s’embrouillent, vous aller faire l’exercice uniquement avec le bras gauche.

Les exercices que je vous donne sont complètement naturels, en harmonie avec la Nature. La Nature se manifeste toujours en l’homme, sans tenir compte du fait qu’il en soit conscient ou pas. Par exemple, vous marcher quelques fois sur votre chemin et vous faites un mouvement vers le coté avec la main. Que signifie ce mouvement ? Une pensée qui vous inquéte est entrée dans votre intellect, et avec ce mouvement de la main, vous la chasser dehors. Ce mouvement exprime un acte volontaire. Puisque vous êtes dans le monde physique, vos mains doivent se mouvoir consciemment. Si vous tendez votre bras droit vers la gauche, toutes les forces raisonnables, qui dirigent ce mouvement, sont là. Ce mouvement exprime le fait que l’on vous donne quelque chose et que vous le prenez. Si vous tendez votre bras vers l’avant, vous aller prendre ce qu’on vous donne. Parfois, tu dis à quelqu’un de tes amis : « Peut tu me dépanner avec une petite somme d’argent ? »

Tout de suite, il met sa main dans sa poche, il sort de l’argent et il te dépanne; tu prends l’argent et tu es content. Son mouvement est sensé. Si vos mouvements sont conscients, ils sont agréables. Si vous faites des mouvements inconscients, vous dépensez en vain votre énergie. Chaque mouvement doit être sensé et sacré ! C’est pour cela que vous devez tous aspirer aux mouvements les plus beaux. Il faut que chaque mouvement, dans une direction ou dans une autre, provoque des forces raisonnables qui lui correspondent, et avec lesquelles vous pourrez entrer en communication. C’est seulement de cette façon que les mouvements ont un sens et une utilité. Par exemple, un homme qui prie, il ne peut garder ses mains en bas, il lèvera ses mains vers le haut dans la position de A (schéma 3). Un homme qui veut se battre pour ce qui est élevé et noble dans le monde, de la même façon, il lève ses mains vers le haut (en position A).

Schéma 3.

La plante qui sort de la terre et qui monte vers le Soleil prend la même position. Cependant, l’homme qui tient dans ses mains un bâton et se prépare à se battre dans le monde pour des choses inférieures et ordinaires, tient ses mains en bas et se trouve dans la position B. Cette position représente une flèche prête et tendue, qui attend seulement le moment pour attaquer. La première position A et la deuxième position B, sont des mouvements harmonieux qui sont en lien entre eux. Donc, ces deux êtres qui font les mouvements A et B, selon le degré de leur développement, se trouvent dans deux mondes différents, et cela a comme conséquence que leurs notions de la Vie sont très différentes. Mais l’une et l’autre positions – vers le haut et vers le bas – expriment des pôles de la Vie, qui doivent êtres explorés consciemment, car c’est seulement la Vie qui fera que vous serez en liaison avec le Raisonnable.

La Prière Secrète

- Seul le chemin clair de la Sagesse mène vers la Vérité.

- Elle nous réjouit continuellement.

Traduit par Alexandre Ivanov

Corrigé par Samuel Bresse

 

Home English Russian French Bulgarian Polish Deutsch Slovak Spanish Italian Greek Esperanto

About    Search History    Top 100    Search Help