Home English Russian French Bulgarian Polish Deutsch Slovak Spanish Italian Greek Esperanto
search help
search in titles only
  FontSize-- FontSize++  

 Le Reveil De L' Ame Humaine

Conférence tenue le 25 mars, 1923, Sofia – Izgrev

Que l'âme humaine se réveille, cela veut dire qu'elle prenne conscience des biens qui lui ont été offerts et qu'elle les embrasse.

Dans le monde où vous vivez il y a certaines illusions nommées "des choses insignifiantes". Mais tous commencent par l'insignifiant, par exemple la nuit beaucoup de choses semblent plus terrifiantes qu'en réalité – "Pourquoi ?" – Parce que pendant la nuit la lumière est plus faible. D'où la conclusion : les choses essentielles sont celles qui se passent dans la lumière, et les insignifiantes – celles qui se passent dans l'obscurité. Tu rencontres une personne qui te regarde d'une manière bizarre. Tu penses : Pourquoi cette personne me regarde – elle de cette manière ? Qu'est-ce qu'elle veut me dire? – Elle ne veut rien te dire. L? visage de cette personne est étrange. Les masques qu'on vend pendant la période du carnaval sont différents : aux yeux écarquillés ou ronds; d'autres aux yeux à demi fermés, d'autres – en colère. Vous voyez, dans la vie il y a de différentes physionomies – Pourquoi cet homme écarquille-t-il les yeux ? – C'est un masque, une illusion, ce n'est pas la réalité. Un peintre a dessiné ce masque. Pour toi ce qui importe, c'est que tu restes en pleine conscience au moment où le peintre apporte le masque et que tu comprennes si c'est une réalité ou bien une illusion.

Au moment de son réveil l'âme ne doit pas considérer les choses de son point de vue, mais du point de vue de l'Esprit Divin c'est-à-dire de Dieu. C'est la bonne voie du développement. L'âme est un petit univers aux richesses talents et capacités innombrables. Vous direz – l'âme est un petit univers- oui, un petit univers, mais aux grandes richesses. C'est un art de ne pas manger et boire toutes ses richesses mais de les cultiver. Vous voulez être heureux. Je peux calculer la durée du bonheur de chacun de vous. Le bonheur de quelqu'un peut durer un an, celui d'un autre – une heure, d'un troisième – un jour, une semaine ou bien un mois. Peu de gens peuvent être heureux durant un an. Par exemple, tu aimes manger des fruits, tu veux ne te nourrir que de cerises. Tu les préfères. Tu dis, quand il y a des cerises, je suis heureux. Combien de temps seras-tu heureux ? – Tant qu'il y a des cerises. Quand elles deviennent blettes, ton bonheur est fini. Une chanteuse se prépare à entrer en scène et elle pense que tout le monde l'admirera. Elle habite un monde irréel. Entrant en scène elle voit que ce n'est pas la réalité. Donc, entre le monde irréel et le monde réel il y une grande différence. Dans le monde irréel il n'y a pas de difficultés. Les choses s'arrangent facilement, sans difficultés.

Un jour tu t'imagines que tu achètes un grand jardin de 10 ha. Tu t'imagines la manière dont tu le cultiveras et planteras de bons arbres fruitiers et des fleurs aromatiques. Tu les vois croître, fleurir et mûrir. Tu cueilles les fruits et les vends. Tu deviens riche et célèbre sans difficulté. Sans efforts, seulement avec ton imagination, tu réalises tout. Si tu vis seulement dans le monde de ton imagination tu seras comme le jeune tsigane-laitier qui vendait du lait de porte à porte. Il rêvait : une fois tout le lait vendu, j'achèterai une poule qui pondra des œufs. Je vendrai les œufs pour gagner de l'argent et j'achèterai une brebis ou une chèvre. Je vendrai le lait de la brebis et un jour je la vendrai aussi. Avec l'argent gagné j'achèterai une vache. Le jeune tsigane continue de s'imaginer, comment il s'enrichira devenant millionnaire. Enfin il se dit: Une fois devenu millionnaire, je proposerai le mariage à la fille du roi. Deux trois ans plus tard nous aurons un joli enfant. Absorbé dans ses rêves, il sauta de joie, le pot de lait tomba de sa tête et se renversa. Ses rêves se dispersèrent avec le lait.

En écoutant cette histoire, vous riez. Vous êtes comme ce jeune tsigane. Dans cette histoire l'important c'est le lait, non l'enfant qui naîtra dans l'avenir. Dans l'imagination les choses sont faciles, mais leur réalisation est difficile. Avant d'atteindre quelque chose tu auras les mains calleuses, mais ce que tu as atteindras sera plus solide et plus sûr que ce dont tu ne fais que rêver. Dans le passé et de nos jours les hommes vivent avec leurs illusions. L'homme doit se libérer des illusions de son esprit et de son cœur, il doit réaliser ses désirs. Le monde physique est le domaine de la réalisation du monde Divin. Le macrocosme est le monde Divin qui doit être réalisé dans le microcosme, c'est-à-dire dans le monde physique. Tout comme la photographie imprime l'image en petites dimensions, de la même façon le monde physique n'est rien d'autre que l'imprimé du monde Divin en petites dimensions. Parfois les illusions sont aussi nécessaires que les choses réelles. Qu'obtiendrais-tu si tu savais tout ce qui allait se passer ? Tu aimes ton ami, tu le crois et l'idéalises. Un jour tu commences à douter de lui et tu es déçu de l'amitié. Tu dis : Je suis déçu mais au moins je suis revenu à la réalité. Dans quel cas étais-tu plus heureux : quand tu croyais ton ami ou bien quand tu étais déçu ? Tu as un fils ou bien une fille, tu fondes ton grand espoir en elle, un jour tu commences à douter d'elle. Le doute à propos de ton prochain est le doute de Dieu et le contraire : le doute de Dieu est le doute de nous-mêmes. La vie humaine n'est pas encore fermement basée. La cause du désespoir n'est pas extérieure. Tu veux vivre mieux que ton prochain. Tu veux vivre une vie plus pure, plus sainte que moi ? Est-ce que c'est bien ? Quand tu vis bien, tu voudrais la même chose pour les autres aussi. Sinon tu te désappointeras, tu souffriras. Si je suis exigeant pour moi-même, je le serai de même pour les autres aussi. Être indulgent pour soi même et exigeant pour les autres, ce n'est pas bien, dans ce cas tu utilises deux mesures différentes. Tu utiliseras une seule mesure et de cette façon tu te rendras compte ce qui est bien et ce qui ne l'est pas; ce qu'est une erreur et ce qui est – une vertu. Nos fautes et nos vertus devant Dieu ne sont pas telles que nous les définissons. Comment prouverons-nous cela ? On a remarqué que quand la vie matérielle de l'homme va bien, la vie spirituelle s'embrouille. Et en réalité, les affaires matérielles de la plupart des commerçants vont bien mais regardez ce qu'ils représentent de point de vue spirituel. L'homme pauvre n'a pas d'argent, n'a pas de maison mais il cause avec Dieu et les anges, il est pauvre mais son cœur est plein d'émotions nobles et de pensées lumineuses.

Donc, vous devez avoir une bonne compréhension à l'égard des choses. Si vous n'arrivez pas à la nouvelle compréhension, vous vivrez toujours dans l'erreur. Ce n'est pas facile de vous débarrasser des illusions. Vous devez connaître les sorties. Si vous ne les connaissiez pas vous serez comme dans un labyrinthe et personne ne pourra vous faire sortir. L'homme doit connaître la sortie dans la vie. Combien de fois s'est-il égaré ? Deux sœurs se sont brouillées pour rien, elles ne peuvent pas se supporter, ne peuvent pas s'accorder. Puis, elles cherchent le moyen de restaurer leurs relations, de faire revenir l'amour entre elles. Quelle en est la cause ? – L'homme ne se connaît pas. Il vit simultanément dans les trois mondes et c'est pourquoi il tombe toujours sur différentes pensées, sentiments et actions sans pouvoir les marier, c'est-à-dire les harmoniser. S'il ne travaille qu'avec son esprit physique il ne peut pas comprendre les choses spirituelles et Divines. S'il travaille seulement avec son cœur physique, il n'arrive toujours pas à comprendre les choses Divines. Si tu ne peux pas comprendre les choses Divines avec ton intellect, à quoi peut-il te servir ?

Donc, à l'intellect physique tu dois ajouter l'esprit de Christ pour comprendre le monde Divin. C'est un travail compliqué ! Comment arriverons-nous à harmoniser nos trois esprits ? Nous ne pouvons pas organiser un seul esprit, et trois – encore moins ! L'esprit physique est en nous et l'esprit Divin – au-dessus de nous. Nous devons nous y tenir. Commencez par l'esprit Divin. Les autres sont des moyens supplémentaires. C'est pareil pour le cœur. On parle du cœur dans les Ecritures. On y dit que le cœur humain est de pierre. On dit dans les Ecritures : "Je le priverai de son cœur de pierre et Je lui donnerai un cœur de chair ". C'est-à-dire : Je le priverai de son cœur humain et Je lui donnerai un cœur Divin. Vous ne devez pas en vouloir à quelqu'un – son cœur est de pierre. Comment va-t-il comprendre le monde avec un tel cœur ?

Le cœur de pierre ne peut pas rendre l'homme heureux. Il est froid, frais, couvert d'une épaisse couche de neige et de glace. Il est un cimetière,

couvert d'os. Est-ce que quelqu'un peut être heureux avec un tel cœur ? On le privera de son cœur et on lui en donnera un nouveau. Revenons au côté pratique de la vie que vous pouvez comprendre tout seuls. Supposons que tu es en difficulté. Pourquoi es-tu en difficulté ? C'est à cause de l'incompréhension des lois et des relations dans la nature. Tu es au bord d'un fleuve large et profond et tu penses que tu peux facilement le traverser. C'est une illusion. Mais quand tu essaies de le traverser, tu vois que tu es en danger. L'eau te porte et tu peux te noyer à tout instant. Quand tu commences à crier au secours quelqu'un t'aidera. Tu dois être intelligent ! Tu enfonceras un grand pieu au bord du fleuve, tu noueras une longue corde solide. Tu attraperas le bout de la corde et tu marcheras avec attention dans l'eau. Peu à peu tu entreras plus loin et tu mesureras la profondeur du fleuve. De cette façon tu feras un sondage. Si tu remarques que la profondeur augmente, tu reviendras sur tes pas. Dans ce cas, la corde représente l'intellect humain auquel vous devez vous tenir bien. L'intellect doit vous sauver même dans les conditions les plus défavorables.

Les gens contemporains comprendront difficilement le monde spirituel même si on leur en parle beaucoup. Sous "monde spirituel" je comprends le monde des anges. Là tout se passe avec une force magique, à une vitesse magique. Il suffit que l'ange lève sa baguette de fée pour accomplir son désir. Quand les invités arrivent, il lève tout de suite sa baguette magique et devant eux apparaît une table riche de fruits bons et délicieux. Les invités mangent à leur faim et s'en vont. L'ange lève toujours sa baguette et la table disparaît. Qu'est-ce que vous en pensez, est-ce que le monde où la table est mise et débarrassée suite à un seul coup de baguette, est réel ? Il y a des choses réelles et irréelles d'après vous. L'unique chose réelle, ce sont les anges avec lesquels vous pouvez causer. Vraiment, ils lèvent et remettent leur baguette. Et dans le monde physique, la seule chose qui est réelle est Dieu qui lève et remet la baguette. Quand Il la lève ce qu'Il veut se passe. Quand Il la descend tout disparaît. Une femme pleure, elle veut un enfant. Dieu dit : Donnez un enfant à cette femme. L'enfant naît. La femme est heureuse, elle l'emmaillote, elle le baigne, elle le caresse, lui dit "mon poussin, ma poupée, mon petit ange." Un jour il deviendra un homme génial mais pas à cet instant. C'est une poupée avec laquelle tu joues. Tu le nourris, tu l'habilles, tu lui enseignes mais quand il reçoit ce qu'il veut, il te donne un coup de pied et il te dit : Je ne veux pas te voir, pourquoi m'as-tu mis au monde ? – Pourquoi Dieu m'avait-il donné un tel fils ? – Celui que tu nommes ton fils est une poupée vivante, il n'est pas ce vrai fils né de l'esprit et de l'eau. Au début, Dieu vous donne des poupées vivantes et quand vous arrivez à vous débrouiller avec elles, Il vous donnera des fils et des filles, des âmes vivantes. Quand ces âmes arriveront, ils ne vous lieront pas et ne vous limiterons pas, vous ne les baignerez pas deux fois par jour comme les enfants d'aujourd'hui. Ils ne seront pas des enfants petits et impuissants mais ils auront 33 ans, des jeunes hommes et femmes dans la fleur de leur âge. Y a-t-il besoin d'apprendre à vos fils et vos filles ? – Est-il possible d'accoucher d'un jeune homme ou d'une femme qui a 33 ans ? Ils ne naîtront pas de mère et père mais de l'esprit. Il est dit dans l'Ecriture : "Celui qui est né de Dieu ne fait pas de pécher ". Etre né de Dieu signifie manifester le Divin en soi-même. Tu demandes : Suis-je une poupée ? – Tu réfléchiras et tu te répondras. C'est une philosophie que vous devez comprendre.

Que chacun de vous se pose la question suivante : suis-je né de l'homme ou bien de Dieu ? Jusqu'à ce que tu doutes que tu sois né de Dieu, tu es une poupée vivante. Quand tu es convaincu que tu es né de Dieu tu te sentiras délivré de ton fardeau et tu recevras une nouvelle lumière et chaleur. Comment réagit un homme quand il est gêné ? Il commence à chercher de l'aide dehors, quelqu'un qui le calme, qui lui dise la vérité. On peut trouver un tel homme mais tu dois comprendre la vérité tout seul. Tu dis : Comment comprendre la vérité si elle change sans cesse ? Je parle de la vérité éternelle, immuable. Ce ne sont que les choses transitoires, temporaires qui changent. On dit pour Dieu qu'Il est éternel et immuable. Dans l'homme aussi il y a des choses qui ne changent pas. Ces choses montrent qu'il est d'origine Divine. Le changeable et l'immuable présentent les deux phases de la vie, c'est-à-dire les deux réalités. Vous direz c'est une philosophie. – Oui, une philosophie, mais elle donne une chance à l'homme de connaître l'important dans la vie. Quand il trouve des contradictions, il se dit : Suis-je une poupée ou bien une âme vivante ? Si chaque jour on t'inculque différentes idées et te fait marcher comme on veut, n'es-tu pas une poupée ? Aujourd'hui tu es un socialiste, demain – un communiste; aujourd'hui tu es un père, demain – une mère; aujourd'hui tu es un frère, demain – une sœur; aujourd'hui tu es un professeur, demain – un acteur. Si chaque jour tu te fais des illusions sur différentes choses, n'es-tu pas une poupée ? Tu as écris un livre où tu nies Dieu. Penses-tu que par tes arguments tu peux convaincre les gens ? Penses-tu que par ton savoir tu peux mettre de l'ordre dans le monde ? C'est drôle. Je peux prouver d'une autre façon l'existence ou la non-existence de Dieu. Sans écrire de livre, je peux prouver que Dieu existe. Tu es athée, tu philosophes et convaincs les gens qu'il n y pas de Dieu.

Un jour tu empruntes un chemin et tu es surpris par la nuit dans la forêt. La nuit est obscure, froide. Tu n'as pas de pain, ni de refuge. J'habite dans la forêt où je fais un travail et je réfléchis. Tu passes près de mon chalet et tu dis : S'il vous plaît, pouvez-vous m'accueillir pour me réchauffer ? J'ouvre la porte et t'accueille bien: je fais du feu, je chauffe de l'eau. Je t'en donne pour que tu te laves les pieds et te réchauffer. Je te donne un vêtement épais pour te couvrir. Après nous nous assoyons pour nous nourrir. Après avoir mangé à ta faim et t'être reposé, nous commençons à causer. Je te demande : Crois-tu maintenant que je t'ai nourri ? – Je ne crois pas. Prouve-le. – Si je te bats, croiras-tu que je t'ai battu ? Je n'y croirai pas non plus. Donc, tant que les gens vivent dans l'abondance des biens, ils ne croient pas que Dieu existe. Alors Dieu dit : Donnez à celui-ci quelques coups de bâton. Après les coups de bâton, il dit : Il m'est arrivé quelque chose d'horrible ! J'ai compris la réalité des choses. Donc, l'homme commence à croire mais suite à une expérience négative. Ce n'est pas la bonne méthode.

Les gens contemporains entrent peu à peu dans une nouvelle phase de la vie et commencent à comprendre les manifestations de l'Amour Divin. Qu'est-ce que l'amour exige ? Il exige de chacun d'aimer sans être aimé. Aimer Dieu sans attendre rien de Lui. Demande à Dieu qu'il vive en toi et qu'il exprime son Amour à travers toi. Si tu ne demandes rien à Dieu, Il ne te donnera rien. Aie le désir tout seul de t'adresser à Dieu. Le seul qui transforme les gens, c'est Dieu. Quoi qu'il se passe en toi, ne dis pas que Dieu l'a fait. Cela ne peut pas être prouvé. Sur cette question tu ne peux que te taire. Je ne commente non plus le fait que Dieu vit en moi. Que chacun se convainc tout seul dans la vérité ! Si Dieu vit en moi les gens autour de moi percevront mon amour. Il est si abondant que il y a toujours un excédent. Bois de l'eau de ma source à ta soif. Mange des fruits de mon jardin à ta faim. Ce dont tu as besoin, tu le trouveras chez moi. Ne fais pas de provisions pour le lendemain. J'ai tout. Viens auprès de moi selon tes besoins.

Le Christ a dit à ses disciples : "Croyez en Dieu et croyez en moi". Cela signifie : Croyez dans l'Absolu qui ne change pas. Croyez en moi qui explique la cause du changement des choses. Aujourd'hui on fait des essais pour expliquer les causes des contradictions dans la science et dans la philosophie. La science est l'un des côtés de la réalité et la philosophie – l'autre côté. Elles essayent d'expliquer l'Absolu, le métaphysique, l'immuable. Le but de la science et de la philosophie, c'est de connaître la réalité et l'appliquer. L'une des tâches du disciple c'est d'essayer et de connaître Dieu. Quelles que soient les expériences que vous fassiez vous en douterez. On te dit : tu t'arrêteras à telle ou telle rue et tu y attendras. À dix heures du matin passera Monsieur Untel. Vous vous arrêterez à l'endroit convenu et vous attendrez. Vous ne le connaissez pas mais vous attendrez son arrivée pour qu'il vous aide. Que se passera-t-il alors ? Vous sortez votre montre et vous la regardez de temps en temps jusqu'à ce que dix heures sonnent pour rencontrer cet homme. Mais entre votre montre et celle du monsieur il y a une grande différence, presque une demi-heure. Sans le vouloir il sera en retard. Vous vous inquiétez et vous vous dites : Voilà, la rencontre n'a pas eu lieu. Si le problème n'était pas dans la montre cet homme ne serait jamais en retard. Il est ponctuel, d'habitude il arrive à l'heure convenue. Que la montre ne soit pas juste, ce n'est pas de sa faute. Tant que vous vous inquiétiez en vous – dans votre esprit, dans votre cœur, dans votre âme, il n'arrivera pas. En général, plus l'homme s'inquiète et doute, plus la distance entre lui et son prochain est grande. Quand votre cœur commence à se calmer et votre esprit à se stabiliser, il s'approche de vous, vous vous rencontrerez bientôt. Il y a des moments dans la vie quand dans l'homme brille une joie intérieure. Il réconcilie toutes les contradictions et dit : Je suis prêt à toute sorte de travail. Je suis prêt à tout. Quand tu dis que tu es prêt à faire tout ce que Dieu exige de toi, tu es dans la bonne direction, tu es dans la réalité de la vie. A ce moment, celui que tu attends arrivera. Il t'apportera une pioche, il t'enseignera la première leçon. Tu sentiras une grande joie intérieure d'avoir trouvé ton Maître. Il te parlera de la vie nouvelle, de son sens intérieur. Celui qui a trouvé son Maître, connaît la joie et le sens de la vie. Chaque porte est ouverte pour lui. Il est impossible que les hommes te ha?ssent quand Dieu vit en toi. Là où Dieu entre, on L'accueillera ou bien on s'enfuira de Lui – l'un des deux. C'est une loi. Parce qu'Il dit : Que personne ne reste sur mon chemin ! Celui qui s'est détourné de mon chemin, ira et viendra librement.

Je voudrais faire une chose pour vous : introduire dans vos esprits la foi vivante. Chacun peut comprendre à travers elle, si Dieu existe ou non. C'est une question de conscience. Les conditions dans lesquelles se développe l'homme contemporain exigent une foi absolue en Celui Qui ne change pas ou qui ne change qu'en apparence. Pourquoi la foi est-elle nécessaire ? Si tu crois en Dieu, tu croiras en toi-même aussi. La foi en Dieu et en soi-même vous amènera à la frontière du Royaume Divin. Si tu t'arrêtes devant cette frontière et tu te demandes "j'entre ou non" tu es déjà perdu. C'est la suspicion qui empêche l'homme. Le monde Divin exclut tout doute et hésitation. Tu te diras définitivement et formellement : J'entrerai au Royaume Divin. Tu couperas toutes les relations avec le monde, tu fermeras à clef tes poupées dans la malle en héritage pour les jeunes, et tu n'y penseras plus. Devant toi se révèle un monde nouveau et beau.

Sans doute et hésitation ! Vous avancez à pas lents et sûrs vers la sixième race. Là vous attend une rencontre avec des âmes lumineuses angéliques qui n'aiment aucun doute et hésitation. Il est dit dans l'Ecriture : "L'hésitant est inconstant dans ses chemins. " De cette façon réagissent beaucoup de gens. Quelqu'un arrive pour écouter une conférence mais si elle ne lui plaît pas, il va chez les théosophes. Qu'est-ce que la théosophie ? Qu'est-ce qu'elle lui donnera ? La théosophie c'est moudre le blé, c'est-à-dire le rendre en froment. Tu parles de corps astral, mental, causal. Est-ce que tu les as vus ? Je ne les ai pas vus mais on a écrit à ce sujet. – On ne peut pas appeler cela des connaissances. Chaque doctrine propagée doit être éprouvée si elle correspond bien aux faits. Si tout ce que vous propagez est vrai, pourquoi vous ne vous êtes pas élevés ? Pourquoi est-ce que vous ne vous êtes pas sauvés ? Pourquoi les Hindous qui ont prêché tant de doctrines, ne se sont-ils pas élevés ? Pourquoi attendent-ils un nouveau Maître ? Donc, ce qu'on leur a prêché ne les satisfait pas. C'est un amusement pour eux. Ils attendent vraiment quelque chose qui les satisfasse et les élève.

Les gens se marient et pensent qu'ils font quelque chose de sérieux. C'est un amusement aussi. Ils disent à la jeune fille : Nous te trouverons un bon garçon et nous te marierons avec lui. Il est bon, intelligent, érudit. Il a deux diplômes de l'université. Et le garçon dit à la jeune fille : Nous sommes riches, nous avons deux grands jardins. Nous bâtirons une nouvelle maison. Il lui promet des choses agréables pour la captiver. La jeune fille écoute, elle se réjouit, elle est contente. Pourquoi ? – Avec des mensonges les choses ne s'arrangent pas. D'année en année, leur vie va de plus en plus mal. La même chose arrive avec les gens religieux. Etant orthodoxe, il visite l'église, il baise la croix et les icônes. Il est content pendant une ou deux années, mais puis il ressent qu'il lui manque quelque chose d'important – la communication de son âme avec Dieu. Quand tu acceptes l'amour, tu ne me demanderas pas ce que j'en pense, tu le sauras. Tout dont tu parles, doit être basé sur la vérité. Celui qui a de l'amour se comporte avec les autres comme avec soi-même. Il pense au bien de tous. Il suffit qu'on entre chez lui pour se lier à lui au nom de l'amour. Aujourd'hui il y a toujours un lien entre les gens; aujourd'hui ils se fréquentent toujours; ils aspirent au grand, mais en eux il y a aussi des vers qui ne rongent jamais les fils de leur vie. Les vers sont vos égarements. Libérez-vous-en. Nous ferons la première expérience mais nous utiliserons certaines règles. Les règles sont librement choisies. On les applique selon la loi de l'amour. Ces règles sont efficaces et stables. Hors de l'amour toutes les règles sont palliatives. Les disciples du Christ croyaient en Lui, mais au moment où ils éprouvèrent le doute, ils se sont écarté du chemin et ont crée les Conciles œcuméniques. Nous aussi, on nous demande souvent : Croyez-vous dans les conciles, les icônes, la croix ? – Nous apprenons maintenant à croire, mais à croire dans l'Amour Divin qui est immuable; croire aussi dans la Sagesse Divine et la Vérité Divine. Tu croiras et tu appliqueras. Comment avons-nous appliqué l'Amour en Dieu? Comment le remercierons-nous pour ce beau jour, pour ce joli paysage devant nos yeux ? Comment le remercierons-nous pour tout ce qu'Il nous avait donné ? C'est en cela justement que se manifeste l'Amour Divin.

Dieu nous observe, nous régale, nous donne tout ce qu'il nous faut. En même temps, Il nous donne des pioches pour travailler et nous envoie biner le vignoble. Là, en plein air, au lieu de nous reposer, nous travaillons avec joie et plaisir. Il y a certaines gens qui ne sont pas bien disposés envers nous. Ils protestent, nous dénigrent, ils ne veulent pas de nous, Dieu leur dit : "Ne gênez pas ces gens. Celui qui ose les gêner, rien ne restera de lui. Si je lève ma baguette, rien ne restera de vous. " Dieu dit aux évêques et aux prêtres : tout ce que vous savez, gardez-le pour vous, mais ne dérangez pas ces gens. Ils sont hérétiques.- Non, ils sont mes enfants Je les connais; ne dérangez pas ces gens; ils sont les seuls qui m'écoutent. Je demande : quels enfants sont les bien-aimés du Dieu : ceux en bonne santé ou les malades. Si tu es en bonne santé, tu obéis à Dieu. Dès que tu tombes malade, tu désobéis. Le monde est un grand hôpital et Dieu est docteur en chef dans cet hôpital. Il a besoin d'enfants sains. Celui qui ne respecte pas les règles de l'hôpital, hors de là ! Les docteurs ne résolvent pas les problèmes. Mes enfants sont sains et il n'y y a pas de raison qu'ils restent à l'église – hôpital. Premièrement, ils vont y prendre froid. L'église est pour les malades. Et après, ils en attendent le salut ! Ils croient naïvement dans la croix, dans les icônes, à quoi bon y croire ? L'icône c'est comme si c'était le portrait de ta bien aimée ou ton bien aimé. Qu'est-ce que la jeune fille doit faire quand son bien aimé arrive ? Dès qu'elle le voit, elle doit laisser le portrait de côté et aller auprès lui, pour qu'ils discutent. Vous direz que Dieu est dans l'église. – Excusez-moi, ce n'est pas vrai. Nous n'avons pas besoin d'icônes, nous allons directement chez Dieu pour qu'il nous donne du travail. Il nous appelle pour un travail, grand et saint.

En m'écoutant parler de cette façon vous dites : Que de savants il y a dans le monde ! Que de savants il y a en Bulgarie ! – Il y a des savants partout mais la plupart sont des chameaux chargés. On charge un chameau et elle marche et gémit. Nous n'avons pas besoin de beaucoup d'évêques. Un évêque nous suffit. Les évêques tombent seuls dans une contradiction en me critiquant. Ils disent que je me suis proclamé le Christ. En fait, eux en se nommant évêques, ils se proclament le Christ. À mon avis il y a un évêque dans le monde – le Christ. Personne d'autre ne peut se nommer évêque. Je m'adresse aux évêques et je dis : Enlevez vos vêtements et mettez les vêtements des disciples. Qu'ils deviennent humbles ! Qu'ils comprennent qu'ils ne sont pas à même de mettre de l'ordre en Bulgarie. Comment y mettre de l'ordre ? Vous direz qu'ils sortiront parmi le peuple pour prêcher. Qu'est-ce qu'ils prêcheront ? Quelqu'un du peuple lui dira : Monseigneur, j'ai un enfant malade. Aide-moi ! – Appelle le docteur ! – Monseigneur, j'ai des problèmes avec mes comptes. – Va chez le banquier, il t'aidera. On ne peut pas parler de cette façon. Celui qui sort parmi le peuple pour prêcher, doit posséder de la force Divine. S'il possède cette force l'évêque bénira le souffrant seulement en le touchant légèrement sur la tête. Il dira aux paysans : Frères, travaillez avec zèle, cette année sera fertile, il y aura beaucoup de blé et de fruits. Une grande bénédiction se déversera sur vous. Si l'évêque parle de cette façon aux gens et si ses mots s'accomplissent, son prêche a du sens. Les gens n'ont pas besoin de beaucoup de discours, mais de fraternité, d'égalité, d'amour. Je ne parle pas de l'amour ordinaire, mais de l'amour de Dieu et du Christ. Le Christ dit : "Si vous m'aimiez, vous garderez mes ordres. Si vous croyez en Dieu, vous croirez en moi aussi."

Vous demandez quelle est la cause des malentendus. Dans l'Antiquité il y avait un Maître – adepte, qui examinait ses disciples de deux façons. Le premier fut le suivant : Il appelait l'un de ses disciples talentueux et il lui disait : Ce jour-là, tu partiras en voyage avec tes camarades de classe. Vous irez dans un des villages voisins où on vous accueillera très bien : on vous donnera de nouveaux vêtements propres pour vous changer, on vous nourrira, on vous préparera des lits propres pour vous reposer et à la fin on vous donnera de l'argent pour la route et on vous invitera à revenir. Les disciples sont partis pour le village mais ils sont restés surpris : les paysans les ont reçus de manière toute différente : dès leur entrée dans le village, ils ont lâché les chiens les poursuivre, ont levé les bâtons et leur ont donné des coups cruels. Les disciples ont réussi à peine à se sauver en courant. Tous se sont dispersés et après être sortis du village, ils se sont réunis et ils sont retournés chez leur Maître. Ils ont commencé à raconter par quelles souffrances ils étaient passés. Le meilleur disciple lui demanda : Maître, pourquoi la réalité a-t-elle été toute différente de ce que tu nous a raconté ? Comment nous expliqueras-tu cela ? Pourquoi ne nous as-tu pas dit que nous allions être battus afin que nous mettions un vêtement épais pour ne pas ressentir la douleur des coups de bâtons ? Le Maître se taisait, ne répondait rien.

Quelques jours plus tard le Maître donna un exercice aux autres disciples pour le résoudre par la seconde méthode. Il leur dit d'aller dans un des villages voisins mais d'être prêts, parce que là des souffrances les attendent, des bâtons et une poursuite. Ils se sont préparés à un tel accueil. Mais dès l'entrée dans le village ils restèrent surpris : les paysans sortirent les accueillir, les invitèrent dans leurs maisons, leur donnèrent un régal, les invitèrent à dormir chez eux. Les disciples étaient étonnés pourquoi on les avait acceptés avec une telle joie quand ils attendaient une poursuite, des coups. Ils rentrèrent chez leur Maître et lui demandèrent pourquoi il ne leur avait pas dit la vérité. Il se taisait de nouveau. Après il appela les deux groupes de disciples et leur dit : Le premier groupe passa par les souffrances, parce que dans le passé, ils s'étaient comportés mal avec ces paysans. Ils avaient eu la possibilité de les servir, de les nourrir et accueillir bien, mais ils n'avaient pas accompli leur obligation. Maintenant ils expient faute de leur passé. Le deuxième groupe de disciples s'étaient comportés bien dans le passé avec les paysans : ils leurs avaient rendu des services, ils les avaient aidés. Aujourd'hui ils cueillent les fruits de leurs bonnes actions.

Aujourd'hui la plupart des hommes passent par le chemin du premier groupe de disciples – ils liquident leur karma. Ils doivent être prêts à mettre la fin à leur karma par la loi de l'amour. Pour liquider facilement votre karma, je vous prierai : ne dites pas de mal les uns des autres. Si quelqu'un ne peut pas se retenir de ne pas dire du mal des autres, au moins qu'il essaie de ne pas se vexer. Je dis aux premiers : Retenez-vous de dire du mal de vos proches. À ceux dont on médit, je dis : Ne vous vexez pas. Ni celui qui insulte et ni celui qui se vexe, ne résout sa tâche. Alors le karma résoudra vos tâches. Il est sévère et implacable. Quand il arrive, il vous apprendra comment on résout ses problèmes. Si vous attendez que le karma résolve vos problèmes, vous ne réaliserez rien. Quel est le chemin pour créer la culture de l'avenir ? – Le chemin de l'amour.

Maintenant les prêtres se dressent contre nous et ils pensent que nous leur répondrons de la même façon. Non, nous répondons aux prêtres : Nous ne voulons pas vos icônes, nous ne voulons pas entrer dans vos églises. Nous ne voulons pas vos veilleuses et cérémonies : baptême, mariage. Tous les gens chétifs et faibles que vous avez rejetés de vos églises, nous les accueillerons et nous les rendrons meilleurs. Nous ne nous intéressons pas aux religieux. Qu'ils restent dans les églises. Nous accueillerons dans le nouvel enseignement les boiteux, les infirmes, les aveugles, c'est-à-dire qui ne sont désirés par personne. Les jeunes sont hors de l'église, nous les accueillerons. – Ils sont dans la verdeur de leur jeunesse, ils ne peuvent rien faire. – Ils ne sont pas verts. Ce qui s'accroît et se développe dans la bonne direction, est vert. C'est la loi du développement. Sous "vert", je comprends celui qui se développe. La couleur verte est le symbole de la croissance. Le Christ travaille dans le monde mais les gens ne Le voient pas. Ils veulent Le voir comme homme, Le toucher, Le sentir physiquement. S'Il remplit les cœurs des gens de sentiments bons et nobles, que voulez-vous de plus ? Vous voulez Le caresser, L'embrasser, Le porter dans vos bras ? Ce n'est pas une idée. Que gagne l'enfant si vous le portez tout le jour dans vos bras ? La conception des gens que Le Christ naisse de nouveau comme un jeune enfant est fausse. Le Christ est né et il naît dans les cœurs et dans les âmes humaines. Aujourd'hui Le Christ ne peut pas naître d'une femme. Si vous attendez l'arrivée du Sauveur, ouvrez votre âme, Il y naîtra. Le Christ naît en même temps, dans beaucoup d'âmes. Quand Le Christ naîtra dans ton âme, tu seras utile à toi ainsi qu'aux autres. C'est une résurrection. Cela signifie le réveil de l'âme humaine. Quand Le Christ vivra dans les âmes des gens, tous ressusciteront, se lèveront et se donneront la main, comme frères.

Donc, croyez dans le nouvel enseignement qui vous amènera à la bonne fin. N'acceptez aucun doute en vous ! Laissez de côté le moindre doute. Alors dans votre esprit brillera une nouvelle lumière. Essayez de vous persuader dans mes paroles. En quoi pouvez-vous douter ? De quoi avez-vous peur ? Le vieil ordre s'en va. Il est un vêtement qui sera remplacé par un nouveau. Le nouveau vêtement est déjà préparé. Le vieil ordre changera sans doute. Il n'est pas l'important dans la vie. L'important, c'est l'esprit humain et l'âme humaine. Après, l'important c'est la conscience humaine, le cœur et la volonté – des conditions pour le travail. La culture future est la culture du cœur humain. Sous "cœur" je ne comprends pas l'affection des sentiments. Ce n'est pas de l'amour. Le fait que tu te sois enthousiasmé, n'est pas de l'amour. L'amour est une force constante, immuable qui soulève l'homme et harmonise les énergies en lui. Révèle l'Amour Divin. Révèle la volonté consciente. Tu te plains d'avoir pris froid – de la toux, du rhume, du rhumatisme, tu ne peux pas t'aider. Pourquoi n'appliques-tu pas ta volonté pour guérir ?

"Croyez en Dieu et croyez en moi aussi." Ici il y a deux courants : Dieu et moi. Le premier courant vient des branches, c'est-à-dire du haut en bas, de l'esprit vers le cœur, et l'autre courant sort du centre de la terre, c'est-à-dire des racines vers les branches. Supposons que tu as mal à la poitrine. Si tu tombes dans le courant qui vient du haut en bas, c'est-à-dire du cerveau, par la concentration de la conscience tu emmèneras ce courant vers le centre de la terre, vers ton cœur pour qu'il devienne un mouvement. Alors tu t'aideras, tu te libéreras de la maladie. N'ayez pas peur de vous vous lier à la terre. N'ayez peur ni de la terre, ni du soleil. Le courant qui vient du soleil doit passer par le centre de la terre. Dans ce mouvement un cercle lumineux se forme, qui se meut régulièrement. Lors de ce mouvement la conscience humaine s'éclaircit peu à peu. Dès que tu seras guéri, tu peux renverser le courant du bas vers le haut. Tu remarques que ta nature spirituelle se raffermit mais ta volonté s'affaiblit. Pour renforcer ta volonté renverse le courant du centre de la terre vers le soleil. Là, où se croisent les deux cercles, la vraie culture apparaît, la vraie vie. Ne pensez pas que le courant qui vient du centre de la terre est nuisible. Il est nuisible quand il passe tout le temps par vous et vous acceptez son énergie. Sachez que partout dans la nature il y a la marée haute et la marée basse. La même chose dans le cœur humain. Il provoque un état agréable dans l'homme et cela dure d'une minute à une heure, ou bien dans le meilleur cas une journée, après il change, c'est-à-dire se perd. Alors une réaction se passe en l'homme – l'obscurité tombe, et alors s'il connaît la loi, il allumera un feu. Quand le courant arrive du bas en haut tu y feras face facilement si tu as une bougie ou un feu allumé. Le matériel qui est rassemblé sera utilisé comme combustible.

Quand le courant change, vous dites : je ne peux pas surmonter cela, j'ai perdu ma foi. – Tu n'as rien perdu ! – Je me suis devenu méchant. Tu n'es pas devenu méchant. Ce sont des états temporaires que parcourent plutôt les jeunes que les vieux. On appelle ces états humeurs. Les humeurs de la jeune fille ou bien du jeune homme changent cent fois par jour. Quand le temps pour le mariage de la jeune fille arrive, ces humeurs changent cent fois par jour. Elle dit : je le prendrai, je l'épouserai. C'est le courant du cœur. Quand arrive un autre courant, elle dit : je ne veux pas de lui. Je le vois noir. La mère de la jeune fille dit : tu le prendras, ma fille. Après elle aussi dit : je le prendrai. Elle est toujours sous l'influence du cœur. Donc, tantôt elle a envie de le prendre tantôt non. La mère dit : Ma fille m'a rendu folle – tantôt elle le veut, tantôt elle ne le veut pas. Ce sont les courants qui viennent du centre de la terre vers le soleil. La jeune fille est dans l'impasse. Pour résoudre le problème comme il faut, elle doit en sortir. Sinon, elle ne peut pas faire ce choix. La faute la plus grave dans le mariage consiste justement dans la croisée de ces courants. Si tu commences à hésiter, n'essaie pas de résoudre la question, laisse-la de côté. Le mot "mariage" a un sens tout à fait différent de celui qu'on lui donne aujourd'hui. Sous "mariage", on comprend aujourd'hui assurance. Il est une compagnie d'assurance. Quelqu'un souscrit une assurance pour 10 000 levas; un autre – pour 20 000 lévas, un troisième – pour 100-200 000 lévas. En fait, l'homme est assuré. Il doit croire en son esprit, son âme, sa conscience, son cœur et sa volonté. C'est la manière dont doivent parler les mères à leurs fils et leurs filles. Dans la nouvelle culture les gens se marient aussi, mais ce n'est pas sous l'influence des autres. Quelqu'un te conseille : "Prends ce garçon; aie foi en lui, n'aie pas peur". La fille doit croire son esprit, son âme, sa conscience, sa volonté. Et alors, quand deux consciences, deux cœurs et deux âmes qui s'entendent entre elles se croisent, la vie consciente viendra. C'est de cette façon qu'on doit prêcher à tous. Dites la vérité sans aucune hésitation.

Il y a des points que j'aborde qui ne peuvent pas être compris de la même manière. Pourquoi ? – Vos cerveaux ne sont pas développés au même niveau. Certains de vous doivent penser longtemps à Dieu, au monde spirituel, pour réorganiser leurs cerveaux. Dans leurs cerveaux il y a des dépôts spécifiques, qui empêchent la perception de la vérité. Ce sont un genre spécifique de substances psychiques qui pourrissent tout comme les substances physiques. D'après la loi de la polarité elles doivent être purifiées. Quand le cerveau se libère d'eux alors le nez, les yeux, les oreilles, la bouche commenceront à se développer correctement. Celui qui ne comprend pas cela, jette un coup d'œil à personne et dit : C'est un homme excellent. Il peut contribuer beaucoup. – Tu te trompes. Regarde, ses yeux sont bigles; le nez, la bouche sont déformés. Il doit travailler beaucoup sur soi même pour qu'on attende quelque chose de lui. Il dit qu'il s'est tourné vers Dieu, qu'il est Son servant. Ne croyez pas, il a beaucoup de lettres de change, qu'il n'avait pas payées et qu'il n'a pas l'intention de payer. Je crois que les gens sont tournés vers le Dieu, si leur bourse y est tournée aussi, si ses cordons sont déliés, c'est-à-dire elle est ouverte. Jusqu'à ce que tu ouvres n'ouvre pas ta bourse, tu ne peux pas te tourner vers Dieu. Quand Le Christ viendra sur la terre, les gens auront une bourse commune et elle sera ouverte. Elle sera une source qui coule sans cesse et verse ses eaux autour d'elle pour arroser toutes les plantes. Chacun utilisera les biens de cette source. Seulement de cette façon le monde deviendra communautaire et se réorganisera. Chacun déposera ses acquisitions dans la caisse commune.

Gardez-vous de tomber dans les égarements des réformateurs passés. Nous avons le droit de mettre en commun notre travail, c'est-à-dire ce que nous gagnons maintenant. Aujourd'hui les gens gagnent chacun pour soi-même et ils veulent le faire en utilisant le travail des générations passées. Non, vous devez appeler les gens du passé, de prendre leur accord, leur demander s'ils sont prêts à ajouter leurs profits aux vôtres. Nous n'avons pas le droit d'utiliser les biens précédents. Tous ceux qui ont essayé et essayent de mettre en commun les biens des générations passées sans leur permission, ont échoué. Nous travaillerons tous et ce que nous gagnerons, nous l'utiliserons ensemble. C'est l'enseignement que Le Christ a prêché aux gens. Il leur enseignait de vivre dans l'amour et la sagesse et que chacun sache les limites de ses droits et de ses obligations. De cette manière, mères et filles, pères et fils, frères et sœurs, professeurs et élèves, seigneurs et servants peuvent vivre en entente. Comment est-ce qu'on bâtira la nouvelle société s'il n'y a pas d'entente entre nous ?

Beaucoup de gens nous accusent disant que notre enseignement est faux. – Où est le vrai enseignement ? Est-ce que vos enseignements ont mis de l'ordre dans le monde ? Ils ne l'ont pas arrangé et au contraire, ils l'ont gâté encore plus. Aujourd'hui les sociétés se désorganisent, elles ne vont pas au mieux. Si vos enseignements sont bons pourquoi faites-vous la guerre ? Pourquoi détruisez-vous les villes ? Pourquoi le cimetière est-il plein de tombes et de croix ? Pourquoi y a-t-il autant d'hôpitaux sur la terre ? Si nous avons tort, nous sommes prêts à prendre votre chemin, mais montrez-nous les résultats de vos enseignements. Et vous vous convaincrez tout seuls que le chemin que vous avez emprunté est faux – rien d'autre. Ce chemin doit être corrigé ! – Comment? – En vous tournant vers Dieu et en acceptant Son amour. C'est un amour de désintéressement absolu. Et les religions doivent se purifier. Il y a quelque chose de Divin en elles, mais il se perd dans les grandes illusions. Elles aussi doivent être filtrées. Les religions contemporaines sont des religions des formes, des intérêts humains. Aujourd'hui tout le monde en prend conscience. Est-ce qu'il y a de l'amour entre les évêques et les fidèles, entre les prêtres et leurs paroissiens ? Si l'évêque visite un village, tout de suite il y aura un ordre comment l'accueillir. Les paysans s'affairent, les gendarmes – aussi. – Pourquoi ? – L'évêque a visité le village. Si l'évêque éprouve de l'amour pour les paysans, il doit les aborder comme un simple citoyen, sans aucun vêtement religieux. Au lieu d'aller parmi le peuple pour comprendre ses besoins, l'évêque entre d'abord à l'église. Depuis des milliers d'années les prêtres entrent dans l'église, lisent des prières et quel en est le résultat ? Quand est-ce que les gens ont commencé à bâtir des églises ? – Quand ils avaient perdu le paradis, quand ils avaient perdu l'église dans leur âme. Quand ils avaient perdu leur église spirituelle, ils ont commencé à en bâtir une de pierre. Nous avons besoin d'église dans notre âme pour y poser Dieu comme Amour, comme Grand Prêtre. Dans l'avenir il y aura une seule église et un seul grand prêtre. Elle sera si grande qu'elle abritera tous les humains de la terre. C'est de cette église qu'on parle dans l'Apocalypse. Pouvez-vous imaginer ses dimensions ? Alors les humains auront le même credo, la même conception et mais si vaste qu'il contiendra toutes celles du passé. Toutes les formes de croyances contemporaines céderont la place à la nouvelle. Elles avaient joué leur rôle. Je n'ai rien contre les vieilles formes mais elles ont perdu leur importance, il n'y pas de place pour elles.

Le nouveau qui arrive – le Royaume de Dieu, exige des formes parfaites, de nouvelles conceptions et croyances. Le vieux sera enlevé du dos des gens comme un vieux vêtement et sera remplacé par le nouveau. Le vieil homme qui est mort et a été enterré, renaîtra un jour. Est-ce qu'il sera de nouveau un vieil homme ? Non, il naîtra comme un nouveau-né, avec de nouvelles forces vitales. C'est le nouvel enseignement – un enseignement de l'Amour, de la Sagesse et de la Vérité. C'est l'enseignement que la culture future apporte à l'humanité. Dans la culture future il n'y aura pas de lettres de change ni de signatures de payeur et de garants. Je n'ai pas le temps pour vous décrire ce que porte la culture future. Alors les gens ne communiqueront pas par des trains, des bateaux, des avions, automobiles comme aujourd'hui. Par exemple, tu veux envoyer une lettre à ton ami. La lettre sera écrite sur une matière très fine qui, par la force de ton esprit et ta volonté, tu enverras juste où tu veux. Elle traversera l'espace et arrivera juste chez ton ami. Si ton ami est à une distance de 1000 km de toi, ta lettre sera sur sa table en une minute. Tu as besoin d'un kilo de pommes de terre. Tu n'iras pas d'une épicerie à l'autre pour acheter, mais tu trouveras tout de suite sur la table la quantité nécessaire. – Comment y sont-elles venues ? – Un ami à toi a perçu ta pensée et a envoyé tout de suite les pommes de terre. Tu as besoin de pommes – elles aussi viendront de la même manière. Tu veux voir ton ami pour discuter. Tu t'assoies sur ta chaise, tu envoies ta pensée vers lui et tu planes dans l'espace. En une minute tu seras chez lui. Après avoir discuté, tu diriges ta pensée vers ta maison et tu planes de nouveau dans l'espace. Même si la porte est fermée, tu passeras par elle. Dans l'avenir on n'utilisera pas de clés. Chacun entrera et sortira par des portes fermées. La future culture élevée apportera cela aux humains. Vous direz comme les Turcs que ce sont des choses étranges. N'importe si vous croyez ou non, ce sera comme cela. Alors les relations entre l'homme et la femme seront correctes, harmonieuses. Tous les gens travailleront avec amour. Ils travailleront peu mais ils obtiendront beaucoup. Et alors ils auront des champs, des jardins à cultiver, où se promener, mais leur travail et leur formation donneront des bons fruits. Les humains de la sixième race se promèneront non seulement sur la terre mais aussi sur les autres planètes. Ils voyageront jusqu'au soleil, jusqu'à la lune et étudieront la vie des planètes. Quel sera ce monde ? Tel que vous ne l'avez pas imaginé. Tout comme aujourd'hui il y a des êtres de la sixième race sur la terre, dans l'avenir il y aura toujours des hommes de la terre dans la race sixième, dans la nouvelle culture. Elle est prête déjà mais elle descend peu à peu sur la terre.

Le christianisme dans sa forme contemporaine, prépare les gens pour la nouvelle culture, pour la vie élevée. Cette vie vient déjà mais vous devez aussi faire un petit effort. Pour ne pas douter du nouveau, vous devez faire des expériences. Sans expériences rien ne peut aboutir. Vous tous, vous devez vous rajeunir, devenir jeunes en esprit – avec des idées lumineuses, jeunes de par votre cœur – avec des sentiments nobles et sublimes et jeunes de par votre volonté – avec des actions bonnes et justes. L'avenir est dans les mains des jeunes, des enfants, et Le Christ dit: "À eux appartient le Royaume Divin." Nous tous, nous devons être des enfants de Dieu. Laissons de côté tous les doutes, les désaccords, les malentendus. Mettons au travail ces forces qui ne se sont pas encore manifestées. Il y a beaucoup de travail devant l'humanité. Alors les humains gagneront leur pain d'une nouvelle façon, ils se nourriront d'une nouvelle façon. Ils chaufferont et éclaireront leurs maisons aussi d'une nouvelle façon. Ce sont des tâches de la sixième race. Elle vient avec son programme et une fois ce programme réalisé, elle laissera quelque chose à l'humanité. Elle porte la culture de la vraie fraternité entre les humains et les peuples.

Le Christ dit : "Croyez en Dieu et en moi aussi. " Cette foi exige des hommes aux esprits clairs, aux cœurs purs, à la volonté puissante. Chaque homme doit avoir trois points de contact : avec l'amour, avec la sagesse et avec la vérité. L'amour porte la vie, la sagesse porte la lumière et le savoir, et la vérité – la liberté et les conditions pour appliquer la volonté. La vie consciente vient par la loi de l'amour; l'intelligence vient par la loi de la sagesse, et la liberté et la puissance de la volonté – par la loi de la vérité. Ce sont des tâches qui se réaliseront par la sixième race. Elle possède des méthodes d'exécution de son programme. Elle a tout réalisé pour elle-même Nous accepterons ses tâches et les réaliserons.

Comment reconnaître l'arrivée de la sixième race sur la terre ? – Par l'étrange rayonnement d'azur dans le ciel de toute la péninsule Balkanique. Ce rayonnement est un résultat des influences psychiques spécifiques qui agissent dans l'espace et même changent l'atmosphère. Cela signifie que tout le monde conscient, tous les êtres conscients travaillent fortement et purifient l'atmosphère spirituelle de la terre tout comme l'atmosphère physique. Ils créent des bonnes conditions pour la croissance et développement et pour le travail des gens. Tout comme on nettoie la vigne des feuilles sèches et pourries, des parasites, de la même façon le monde invisible prépare ces hommes qui veulent servir Dieu. Il leur donne de bonnes conditions pour s'accroître et se développer en leur disant: N'ayez pas peur, encore un peu et tout marchera dans une voie nouvelle.

Maintenant vous demandez : Est-ce que la nouvelle culture est liée à la vieille ? – Oui, bien sûr. La nouvelle culture utilisera les acquisitions de la vieille culture et créera une nouvelle science pour la conscience, le cœur et la volonté. Le vieux s'en ira, le nouveau viendra. Une nouvelle lumière vient ! Elle réorganisera les idées des hommes pour le monde matériel. Elle nous montrera qu'il y d'autres méthodes pour étudier la nature. Qui veut entrer dans la culture nouvelle, doit apprendre, travailler consciencieusement pour se préparer aux nouvelles conditions. Vous demandez : Est-ce que ce que je dis est vrai ? – C'est vrai. Mais d'après vous, tout n'est pas vrai. Ce n'est pas ça. Pour comprendre ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas, faites les expériences, pour vérifier leur véracité.

"Croyez Dieu et croyez-moi aussi ! Si mes mots, c'est-à-dire les mots de l'Esprit vivent en vous, vous serez mes disciples." Si les mots du Christ vivent dans vos cœurs et si vous par votre amour, conscience et volonté, vivez en moi, Mon Père, Qui est immuable et moi, qui me manifeste à travers Lui, Nous viendrons et nous bâtirons une maison en vous et nous nous présenterons devant vous. Cela signifie que nous vous apprendrons nos voies."

La nouvelle culture arrive ! La nouvelle race arrive ! Le Divin dans le monde arrive !

Traduction par Vessela Iordanova

Revue par Tania Dimitrova

Tous les membres de notre équipe de traduction sont volontaires et travaillent gratuitement.

Nous apprécierons chaque acte d'aide en matière de relecture, édition, publication ou distribution de ces traductions.

Pour des renseignements plus détaillés, vous pouvez nous contacter :

Copyright (c) 1997 Publishing House "Byalo Bratstvo" All Rights Reserved

 

Home English Russian French Bulgarian Polish Deutsch Slovak Spanish Italian Greek Esperanto

About    Search History    Top 100    Search Help