Home English Russian French Bulgarian Polish Deutsch Slovak Spanish Italian Greek Esperanto
search help
search in titles only
  FontSize-- FontSize++  

 LES DEUX VOIES

Conférence tenue par le Maître

lors de la Classe occulte des jeunes

le 24 février 1922, Sofia

Prière secrète

Qu'est-ce qui intéresse l'apprenant au début de son apprentissage à l'école ?

Il veut être formé, acquérir des connaissances, développer ce que recèle son âme, son esprit, son cœur. Et après avoir acquis des connaissances, après avoir développé ses dons et ses capacités, il est obligé de les préserver. Un bon terrain est nécessaire à cette fin pour que chaque pensée qui y tombe puisse donner du fruit.

Donc, vous aussi, en tant que disciples, vous voulez apprendre, vous occuper de la science. Que signifie le mot « science » ? Si l'on s'arrête sur la signification des lettres de ce mot, écrit en latin et en langue slave, on verra qu'il contient deux notions différentes. La combinaison des lettres dans le mot "science", dans les langues slaves révèle que les slaves cherchent dans la science une méthode pour réconcilier les contradictions dans la vie. Mais la race anglo-saxonne qui utilise le mot latin "scientia" pour indiquer la notion "connaissance", "science" montre que son esprit est dirigé vers l'étude des rapports entre les formes différentes, ainsi que les changements continus qui s'effectuent dans la nature vivante. La première lettre "s" dans la parole "scientia" signifie l'infini. Donc, du point de vue occulte vous pouvez étudier la science soit dans le but de trouver une méthode pour réconcilier les contradictions dans la vie, soit pour trouver le moyen à l'aide duquel vous utiliserez les forces de la nature. Celui qui étudie la nature dans le but d'exploiter les forces de celle-ci, court un grand danger. Le danger consiste dans l'apparition de son égoïsme sacré. Il commence à s'imaginer qu'il est supérieur aux autres, il se met en valeur à ses propres yeux et il se dit : « Je dispose de forces que je peux utiliser comme bon me semble. Donc, il y a deux catégories de gens : les uns ont une grande assurance en eux-mêmes, pensent qu'ils peuvent tout faire, qu'ils savent beaucoup de choses. Tandis que les autres, comme les slaves, cherchent dans leur vie une méthode par laquelle ils peuvent réconcilier les contradictions sur lesquelles ils tombent et en même temps guérir les douleurs de leur cœur. Dans ce sens, les slaves sont plus près de la vérité.

Donc, si vous voulez vous occuper de science occulte, de prime abord vous devez vous étudier vous-même. « Connais-toi, toi-même » dit Socrate. Que signifient les paroles "connais-toi, toi-même". Qu'est-ce que vous devez connaître en vous-même : ce qui est supérieur ou ce qui est l'inférieur ? Se connaître soi-même signifie que vous devez connaître le supérieur, le principe Divin en vous-mêmes. Autrement dit : Connaître Dieu en soi même. Si vous connaissez Dieu en vous-même, vous connaîtrez les conditions dans lesquelles vous pouvez croître et vous développer correctement ; connaître les conditions qui, d'un côté donnent la direction de votre croissance et votre développement et de l'autre côté équilibrent les forces qui agissent en vous. Imaginez une personne qui évolue, son esprit et son cœur se développent bien et tous espèrent qu'il deviendra quelqu'un, mais brusquement un accident arrive dans sa vie et sa forme se détruit complètement. Quelle est la raison de ce malheur ? La raison de ce malheur est le Maître qui avait construit cette forme. Beaucoup de gens diront que c'est le destin. Quand le potier fait un pot déformé, mal cuit, c'est de la faute de qui ? C'est de la faute du potier lui-même. Qu'est-ce qu'il fait alors ? Il casse le pot en morceaux, il le pétrit en pâte et il fait un nouveau pot, mais un pot qui soit plus beau, plus solide, mieux cuit. Donc le supérieur écrase toujours les formes inférieures en les refaisant, les remodelant jusqu'à l'obtention de meilleures formes, de formes plus parfaites.

Quoi d'autre peut-on faire avec des pots qui ne sont pas bien modelés sinon écraser leurs anciennes formes pour les refaire et les transformer en nouvelles formes, plus solides et plus parfaites ?

Souvent les jeunes gens pensent qu'ils sont plus intelligents que les vieux et disent : « les vieux ont vécu leur vie, nous allons leur montrer comment il faut vivre». Mais dans le passé, ces gens qui à présent sont vieux, disaient déjà la même chose. Ils sont suivis par les jeunes qui n'approuvent pas la vie des vieux et pensent qu'ils peuvent l'améliorer. Et ils vieillissent sans avoir corrigé leur mode de vie. Ainsi les générations se succèdent les unes après les autres et les jeunes désirent toujours montrer aux vieilles comment vivre, sans réussir à le faire. Pourquoi ? Parce qu'elles aussi utilisent d'anciennes méthodes. Je vous dis que les problèmes fondamentaux de la vie ne peuvent pas être résolus par les anciennes méthodes. Les jeunes doivent faire attention à ne pas répéter les erreurs des vieux. Qu'ils profitent de leur expérience, qu'ils comprennent ce qui les empêchait d'avoir une vie réussie. Les causes de l'échec des anciens sont nombreuses et profondes. Nombreuses et profondes sont les raisons de l'échec des vieux. Ils représentent une longue histoire qui vaut la peine d'être étudiée.

Maintenant je vais vous donner un sujet sur lequel vous pouvez réfléchir. Il concerne « la méthode la plus raisonnable pour le travail ». Que chacun réfléchisse sur la méthode la plus raisonnable pour le travail. La science occulte est basée sur l'expérience, c'est pourquoi les connaissances sont précieuses lorsqu'on peut les appliquer dans la vie. C'est exactement cela qui détermine votre position en tant que disciples. Quand quelqu'un souhaite entrer dans une école de musique pour apprendre le violon, on lui donne un violon pour qu'il joue et sa façon de jouer déterminera la classe dans laquelle il pourra entrer. Si l'élève s'avère médiocre, le professeur de violon lui conseillera de s'inscrire dans une autre école afin de ne pas perdre son temps.

Dans un des cours suivants, je vais vous parler du rapport raisonnable de l'homme envers la nature vivante. Mais avant cela, je vous exprime mon opinion sur le sujet concernant « la meilleure ou la façon la plus raisonnable de travailler ». C'est un privilège, une occasion extraordinaire pour vous de partager votre opinion sur un sujet quelconque. Du point de vue occulte, la meilleure méthode est celle qui est applicable dans la vie réelle. Si une méthode ne peut être appliquée, elle détourne l'homme du but de son travail, l'éloigne de ce dernier sans donner de vrais résultats. Etant donné que vous n'êtes pas au même degré d'évolution, chacun de vous présentera sa méthode pour travailler comme celle qui soit applicable dans la vie. Certains de vous sont matérialistes-idéalistes, ils donnent la priorité au matériel dans la vie et d'autres sont idéalistes-matérialistes, ils donnent la priorité aux idées. C'est la principale différence entre les gens. Les idéalistes affirment que les idées créent tout. De quelles idées parlent-ils ? Bien sûr ce ne sont pas leurs propres idées. Ce sont les idées qui tirent leur origine du Principe Infini, Divin.

Donc, dans cette Ecole vous devez apprendre à vous servir des méthodes avec lesquelles la Nature travaille. Tout comme les fleurs qui bénéficient des rayons du soleil, vous devez profiter des forces de la Nature vivante. Et, dans ce cas, chacun remplira la mission pour laquelle il est né. Cette loi trouve également son application dans le corps humain. Chaque organe de l'organisme humain remplit une fonction spécifique. Par exemple, les pieds marchent et portent en même temps le poids entier du corps ; les mains travaillent - saisissent, soulèvent, reposent de différents poids ; les yeux regardent ; les oreilles écoutent etc.. Donc, chaque organe du corps humain remplit une fonction spéciale. Dans ce sens, chaque homme représente un organe spécial dans l'organisme total de la nature et il doit remplir sa fonction. Lorsqu'il trouve sa place dans la nature et lorsqu'il comprend sa vocation, il peut remplir correctement sa fonction en tant qu'organe du grand organisme Divin.

Maintenant, en tant que disciples de cette Ecole, vous pouvez soulever certaines questions qui vous intéressent. Or, vous pouvez soulever des questions exprimant vos besoins. Par exemple, à quoi s'intéresse celui qui a faim ? Au pain. L'homme qui a faim veut savoir comment est le pain qu'on lui offre : chaud ou rassis, frais ou moisi. La même loi doit être appliquée aussi dans l'acquisition des connaissances si vous voulez créer quelque chose de solide en vous-même. Vous, les jeunes, vous ne devez pas répéter l'erreur de ce tzigane qui a mangé à sa faim des feuilles de vigne et qui, juste après, a mangé un peu de pain et de fromage. Ce tzigane est parti au vignoble pour travailler en mettent dans son sac un peu de pain et un morceau de fromage pour déjeuner. Après avoir travaillé un peu, il a ressenti une faim de loup. Il a jeté un regard en direction du pain et du fromage pensant qu'ils n'assouviraient pas sa faim, a cueilli des feuilles de vigne et a commencé à les manger. A la fin il a mangé le pain et le fromage en se disant : « C'est un parfait déjeuner ! « Non, je ne vous conseille pas d'avaler d'abord des feuilles de vigne et, juste après, de goûter aux connaissances occultes. Essayez d'éviter cette erreur ! On ne permet aucune erreur dans votre travail. Si toutefois vous commettez une erreur, corrigez-la ! Vous ne commettez pas un crime si vous faites une erreur mais vous en commettez un si vous ne la corrigez pas. Dès que vous prenez conscience de votre erreur, corrigez-la. Il n'y a rien de criminel dans le fait qu'une mauvaise pensée passe par votre esprit mais cette mauvaise pensée doit être corrigée. L'aspiration de votre esprit, de votre cœur et de votre volonté doit être dirigée vers la correction des erreurs. C'est de cette façon que vous créerez en vous un caractère sur lequel vous pouvez toujours compter.

Maintenant vous devez avoir en vue la situation suivante : quand les élèves viennent pour la première fois à l'école, le maître est au début aimable, attentif envers eux. Mais plus ils avancent dans le domaine de leurs connaissances, plus la difficulté apparaît, plus le maître devient exigeant envers ses élèves et, notamment exigeant envers les cancres. Donc, le professeur change son attitude envers les élèves qui ne font pas des efforts. La première chose, qu'on exige du disciple, c'est d'être capable d'apprendre. Par conséquent, vous aussi, vous devez apprendre, mais apprendre sérieusement. Chaque science a des règles que vous devez connaître et respecter. On exige des jeunes du sang-froid, mais qui ne soit pas seulement apparent, extérieur mais du véritable sang-froid. Il y a deux types de sang-froid : l'un est le sang-froid extérieur, feint, quand l'équilibre intérieur de l'homme est d'habitude perturbé ; l'autre sang-froid est intérieur, profond quand l'équilibre intérieur de l'homme reste intact.

Je vous donnerai un exemple de sang-froid extérieur. Un jeune homme s'est fiancé à une jolie jeune fille qui manifestait une attitude très noble et du sang-froid. Il se vantait souvent de sa fiancée devant ses amis et un jour, il a amené l'un de ses amis chez sa fiancée et la lui a présentée. Ils s'étaient assis et ils ont discuté un certain temps et peu de temps après, la fiancée a apporté un plateau pour leur offrir de la confiture. Le fiancé l'a fait trébucher exprès, pour voir comment elle allait réagir dans cette situation. Le plateau, sur lequel reposaient la confiture et les verres pleins d'eau, s'est renversé, entraînant tout par terre, la confiture et l'eau se répandant sur le plancher.

La fiancée a gardé un total sang-froid, une présence d'esprit et a dit : « Cela ne fait rien. » Elle s'est penchée calmement, a ramassé les verres, a essuyé l'eau et elle est allée dans la pièce d'à côté. Le fiancé s'est adressé à son ami et a dit : « Voilà un exemple de sang-froid, de noblesse de caractère ! Voilà une jeune fille idéale ». Mais après le mariage, la réalité s'est avérée toute autre. Une fois le fiancé lui a demandé : « qu'est-ce qu'il est devenu ton sang-froid » ? « Il fallait entrer dans la pièce d'à côté pour voir ce qui se passait là. Ce n'est que le bois de la table qui peut te raconter avec quel acharnement je le mâchais » ! Je vous dis : ce n'est pas du véritable sang-froid. Quelqu'un veut ouvrir la fenêtre, il tire la fenêtre, celle-ci ne s'ouvre pas. Il la tire une seconde, une troisième fois, elle ne s'ouvre toujours pas. Il commence à s'énerver, à se fâcher, à tirer plus fort, comme si la fenêtre était pour quelque chose. Après tout, la fenêtre n'a pas de conscience, elle ne peut pas comprendre que quelqu'un lui en veut. On peut dire la même chose pour les forces occultes car certaines forces d'entre elles sont conscientes, raisonnables, d'autres sont semi-conscientes, irraisonnables. Quand je dis que certaines forces sont conscientes, cela veut dire qu'elles se dirigent dans la même direction que la nôtre. Mais les forces irraisonnables se déplacent dans la direction qui est contraire à notre mouvement. Par conséquent chacun doit savoir si une force agit en harmonie avec son développement. C'est de la même façon que vous devez faire attention si vos pensées, vos sentiments et vos démarches sont en accord avec votre développement. Dès qu'une pensée ou un sentiment surgit, vous devez l'examiner pour savoir où la mettre, à gauche ou à droite. Le disciple doit savoir comment trier, savoir où exactement il doit mettre chacune de ses pensées, chacun de ses sentiments, chacune de ses actions. Certains disciples auront 25 % de succès, d'autres 50 %, les troisièmes 75 % et les plus doués 100 %. Le disciple doit travailler sur lui-même pour faire augmenter progressivement ce pourcentage afin de ne pas tomber dans l'erreur et les illusions.

Donc, après chaque leçon nous devons procéder à des expériences. Cela veut dire qu'après chaque leçon enseignée, on vous soumettra à une épreuve, non seulement théorique mais aussi pratique. Chaque savoir théorique doit être appliqué dans la vie, y être développé et éprouvé. Celui qui veut s'occuper d'occultisme doit savoir qu'il sera soumis à certaines épreuves et difficultés qu'il devra résoudre correctement. Vous dites « de toute façon, nous avons des difficultés ». Oui, mais cette fois vous allez comprendre le sens de ces difficultés. Lorsque vous aurez compris leur sens, vous serez capable de les utiliser en tant que méthode de cure. Par exemple, quelqu'un se plaint de douleurs dans tout son corps. Les mains, les pieds lui font mal, la tête lui fait mal, la colonne vertébrale lui fait mal ; son estomac est dérangé. Le monde invisible créera une seule douleur de toutes ces douleurs, mais une douleur assez grande qui attirera toute son attention et l'obligera à se soigner. De cette manière il va oublier les petites douleurs et il commencera à travailler dans une seule direction. Donc, la grande difficulté attire les forces vers un centre. Sinon, on est en présence d'une dispersion, d'un éparpillement des forces et de l'attention de l'homme. La nature agit de la même façon. Elle crée dans l'homme une grande douleur avec laquelle tout guérit. Vous n'avez pas encore été atteint par les grandes douleurs.

En réfléchissant sur le sujet que je vous ai donné, vous écrirez le moins possible, vous vous concentrerez sur le noyau de la pensée. Chacun partagera sa propre et meilleure méthode de travail. Ce que les savants ont écrit sur ce sujet n'est pas important pour vous - parfois cela correspond à votre point de vue, à votre nature mais parfois cela ne correspond pas. Ce qui importe pour vous, c'est d'adapter votre travail en fonction des méthodes de la nature raisonnable et non pas en fonction de celles des savants ordinaires.

Ce n'est que de cette façon que vous allez atteindre les principes généraux de la vie. Donc, chacun va mettre en pratique et va travailler selon la méthode qu'il connaît et qui est spécifique pour lui. Cela dépend de votre bonne volonté, de la sincérité de votre travail, ainsi que de votre profond désir d'aboutir à quelque chose de précieux. Beaucoup diront qu'ils n'ont pas de conditions de travail. Sur ce point, ce sont les Américains qui occupent la première place. En Amérique vous trouverez des élèves, des étudiants qui travaillent dans les cuisines, dans différents bureaux en tant que serviteurs et c'est de cette façon qu'ils financent le lycée ou l'université. C'est bien quand les conditions sont favorables mais il faut utiliser d'une manière raisonnable toutes les conditions. Même dans les conditions les plus difficiles, on peut trouver au moins 10-15 minutes libres pour lire, pour apprendre. Qu'est-ce qui empêche la maîtresse de la maison de lire un peu pendant qu'elle coupe l'oignon ou fait la cuisine ? Les bonnes ainsi que les mauvaises conditions ont pour but de permettre à l'élève de surmonter les difficultés. Ce n'est que de cette manière qu'il pourra croître et se développer correctement.

Prière secrète

Traduction par Tania Dimitrova et Rossitza Zafirova

Copyright (c) 1997 Publishing House "Byalo Bratstvo" All Rights Reserved

Web-site with url: http://www.beinsadouno.org

 

Home English Russian French Bulgarian Polish Deutsch Slovak Spanish Italian Greek Esperanto

About    Search History    Top 100    Search Help