Home English Russian French Bulgarian Polish Deutsch Slovak Spanish Italian Greek Esperanto
search help
search in titles only
  FontSize-- FontSize++  

 La Foi

Quelle est l’idée principale de la dernière réunion ?

Réplique : La dernière réunion de vendredi consistait à ce que nous apprenions à garder le silence, d’être comme les enfants, de développer la compassion, de s’exercer sur l’esprit, sur les vertus, sur le développement des sens et d’organiser la Pentecôte.

A la Pentecôte, chacun doit exercer la loi de l’abnégation de soi. Celui, qui accepte l’ Esprit Divin, doit accomplir la Volonté de Dieu, et non pas d’agir par son propre gré. D’ ailleurs même a présent vous ne faites pas votre volonté, mais vous servez une volonté étrangère, qui s’implique à l’intérieur de vous.

Vous allez tacher de faire grandir la Foi en vous. Il y a un vers qui dit, que sans Foi on ne peut faire la volonté de Dieu, mais la Foi nous est nécessaire, pour faire des merveilles. Avez-vous fait des exercices sur votre Foi et quels exercices avez-vous fait ? Pour développer votre Foi, on exige de chacun de vous de former en soi une Paix intérieure. L’homme doit s’intégrer dans la vie d’aujourd’hui, dans les conditions dans lesquelles il vit, pour commencer à se former du niveau ou il soit maintenant. Par exemple combien d’entre vous ont eu le courage de monter sur un aéroplane ? Peu sont ceux qui auront le courage de le faire, car cela demande de l’héroïsme. Et combien sont les épreuves, qui peuvent vous arriver dans ce monde ? Si un homme peut monter là-haut en aéroplane, il va endurcir sa Volonté.

La Foi, vous allez la considérer comme les racines d’une plante, que vous mettez en terre et qui se tient grâce a ces racines. Par la même loi, l’homme se tient à Dieu grâce a la Foi. Quand vous vous attrapez fort, Dieu aussi vous tiendra fort. Lors de tous les ages et de toutes épreuves, ces hommes qui ont eu la Foi en Dieu, n’ont jamais été trompés. Bien-sur il y de la Foi, qui peut être réalisée, mais beaucoup sont ceux, qui malgré avoir eu une grande Foi, ils ont toutefois subi de grandes souffrances, car elles ont été nécessaires pour leur développement. En ayant la Foi, leurs souffrances ont eu de sens. Vous tous, vous avez eu des expériences sur la Foi, c’ est pourquoi vous n’allez pas chercher une autre, mais développez celle, que vous posséder, pour qu’elle puisse passer dans une nouvelle phase. Admettons que vous avez une barque, que vous voulez mettre sur terre. Quelqu’ un le tire, le tire, mais n’arrive pas tout seul à le faire monter et il perd Foi. Vient encore un, ils tirent tous deux et n’ y arrivent pas; vient un troisième, un quatrième – ils n’ y arrivent pas non plus. Ils se réunissent à la fin dix personnes et la mettent sur terre. Ils ont la Foi, qu’ils soient nécessaires dix personnes pour la faire sortir. Ainsi vous allez mettre en oeuvre la même loi : si un ne suffit pas pour faire un travail, réunissez-vous deux, trois, quatre, jusqu’ a dix personnes, pour réussir de l’accomplir. C’est la loi de la Foi – lorsque tous s’unissent, la loi Divine commence à fonctionner. La faiblesse des chrétiens s’explique par le fait, qu’ils se désunissent et lorsqu’ un ne suffit pas pour accomplir un travail, ils désespèrent et croient que la plupart des gens ne peuvent pas le faire non plus. Non, il faut vous unir dix, vingt, trente personnes et cette force commune pourra l’exécuter ! Seulement en agissant de cette manière, vous allez avoir un résultat. Il faut de la volonté, de la volonté ! Pour réussir à garder le silence, vous devez développer votre bonne volonté. Le bien qui se cache en toi, doit être développé d’une façon ou d’une autre. Tout homme a ses propres méthodes de travail.

La situation présente des gens est pareille a celle des fonctionnaires, qui attendent pendant un mois leur salaire. Bon, si ces fonctionnaires sont mis à la porte, que vont-ils faire ? Donc, la Foi est cet état, cette force à l’intérieur de l’âme, qui permet à l’homme de s’adapter, c’est-à-dire à chaque instant il ne doit pas être surpris des conditions. Vous devez réfléchir, de détruire cette dense atmosphère, qui existe entre vous. Soyez toujours en réflexion, tant que vous commencez à sentir que vous possédez une petite Force.

Ceux qui s’exercent en gymnastique, leurs muscles grandissent et puis ils peuvent porter un plus grand poids. C’est un procès, qui peu a peu va augmenter. La Foi d’un enfant et la Foi d’un sain sont différentes : la Foi de l’enfant se développe dans un domaine et celle du sain – dans un autre. Les Anges ont aussi de la Foi, mais elle est bien différente. La Foi comprend une grande loi, dans laquelle il n’ y a pas d’exception. Si parfois on n’a pas de résultat, c’est parce qu’on a violé cette loi. Si quelqu’ un de vous pardonne et il ne reçoit rien, c’est parce qu’il ne demande pas convenablement. Celui qui doute, ne recevra pas, ce qu’il demande. La première chose concernant la Foi est de n’avoir aucun doute.

Puisque jusqu’ a présent vous n’avez que fait de parler et de parler, la chose la plus intelligente est de vous réunir le vendredi, et de garder le silence pendant une demie heure. Ce qu’on vient de dire le dimanche ou le jeudi, tachez de l’accomplir. Si quelques unes de ces règles ne sont pas mises en œuvre, il se produira beaucoup de matériel sans être appliqué. La même chose s’effectue dans les écoles, quand les professeurs donnent beaucoup de leçons aux élèves : les élèves n’arrivent pas a tout apprendre, leur mémoire en est bourrée et avec ce ils deviennent encore plus stupides. On parle de volonté, d’intuition, de foi et encore d’autres choses et on ne sait pas quoi choisir. Commencez par méditer sur la Foi. Ainsi donc, lorsque vous vous réunissez, taisez-vous, méditez tant que vous ressentiez, qu’en vous vient l’harmonie et que toutes commencez a vous élever. Ceci prouve que dans votre esprit vient l’harmonie. Mais pour ce, on demande du travail. Faites des exercices un dimanche, deux, trois – continuez de vous exercer ici et puis dehors.

Pour ce vendredi, avez-vous des questions, un but précis, sur lequel discuter ?

Réplique : Pour avoir une unité, une harmonie entre nous, pour pouvoir travailler, nous allons nous partager en groupes.

Est-ce que ces groupes ont commencé de travailler ?

Réplique : Quelques uns le sont.

Dans ces groupes peuvent participer deux ou trois sœurs et elles peuvent faire un travail pour dix personnes. Parfois deux personnes suffisent pour faire un travail pour trente personnes – cela ne dépend pas de la quantité.

Il faut de la Foi, de la Foi, pour pouvoir établir un paisible état de l’esprit; il faut être sur, de ne pas douter, afin de dominer sur votre être, et lors du silence de pouvoir tout subir. Il existe des méthodes pour ces choses, toutefois il y a tellement d’illusions, qui vous entraînent, qu’il ne vous reste pas de temps libre. Mais d’un autre cote, c’est mieux pour vous, sinon vous ne saurez pas remplir votre temps. Là ou Dieu vous a placé est la meilleure place pour vous. Il a bien ménagé votre travail, a condition que vous sachiez comment l’accomplir. Par exemple, si chacune de vous se met comme but de rendre l’harmonie chez ces amies, qui ne vivent pas bien, de leur parler pour de choses sublimes, pour Dieu, en laissant à part ses problèmes personnels, combien de choses elle pourrait faire ! Si vous attendez que le monde s’arrange tout seul, il ne pourra pas s’arranger même dans dix mille années. Si vous ne vous mettez pas au travail, vous ne pouvez pas devenir meilleures que vous ne l’êtes. La vitesse de votre développement dépend de votre volonté. Les biens que vous aurez, dépendent de la puissance de votre volonté. Un homme peut être reconnu, en lui donnant cent leva et en poursuivant la manière, dont il va dépenser l’argent : s’il les gaspille pour boire, alors demain en lui donnant mille leva, il en fera autant. Croyez- vous que si une abeille a le pouvoir de vous causer autre chose, que de vous piquer par son derrière, ne le fera-t-elle pas ? La vérité n’est pas en ce que vous possédez, mais dans le savoir l’utiliser. Si Dieu vous donne du talent, avec lequel vous détournez mille personnes de la bonne voie, et vous les envoyez dans l’abîme, je demande pourquoi donc avoir ce talent ? La même chose font les savants de nos jours, qui cherchent de différents moyens, pour tuer les gens. Pourquoi donc ce savoir ? Vos connaissances doivent être utilisées pour le bien de l’humanité.

Voila ce que vous pouvez faire : admettons que vous être la clé d’une installation – ce travail vous a été réduit par Dieu. Vous allez dire : « Qu’ est-ce qui dépend de moi ? » Ca dépend beaucoup de vous ! En vous tournant, il va se mettre à briller partout. Si vous êtes une clé, ça dépend de vous si quelqu’ un fera un crime ou pas. Si vous tournez et vous l’éclairez, il aura la possibilité de voir clairement et il commettra le crime; si vous ne tournez pas, il ne verra rien dans l’obscurité et le crime n’est pas commis. Les bons gens sont des clés. Certains disent : « Prions pour les mauvais gens ! » Il n’ y a pas de quoi, vous allez tenir la clé et d’ après le besoin, vous allez ouvrir ou fermer. Une fois Elia a prié Dieu pour qu’il ait de la pluie, car voila déjà trois ans, que Dieu a fermé le ciel et ne faisait pas tomber la pluie. Il faut comprendre ainsi cette question : chacun doit savoir, qu’il représente une clé et qu’il peut faire beaucoup de choses. S’il soit dévoué à son poste, il sera très utile. Mais s’il laisse la clé au hasard et dis : « Faites tourner cette clé comme vous voulez », tout d’abord viendrons les enfants, qui le feront tourner d’un cote, ensuite d’un autre, pour enfin la casser. Quand les gens se laissent mener par les enfants, ils perdent tout leur pouvoir. Certaines vieilles personnes, en regardant comment vont les choses, disent : « Les gens d’aujourd’hui, ce sont les enfants, qui les dirigent. » Ainsi font beaucoup de mères, qui donnent tout ce que leurs enfants demandent, ils ne leur s’opposent pas, pour qu’enfin ce sont les enfants, qui prennent les clés et les tiennent dans leurs mains. Non, c’est la mère, qui doit tourner la clé et de dire a son enfant : « Quand tu as faim, je vais te nourrir, quand tu as soif, je vais te donner de l’eau, quand tu es nu, je vais t’habiller, quand tu manques de savoirs, je vais t’éduquer, mais si tu ne veux pas apprendre, écrire ou manger, je vais te donner une tape ! » En réalité cela se passe avec tout le monde : certain homme n’est pas content de ceci ou cela, il grogne, il se plaint, c’est pourquoi Dieu lui envoie un malheur, il le soumet a une éducation Divine – il lui donne des tapes. Ainsi donc, lorsque Dieu nous nourrit, nous allons manger, quand il nous donne a boire, nous allons boire, quand il nous instruit, nous allons étudier, ainsi nous allons éviter les inconvénients dans la Vie.

Quelle soit la clé en vous, ou est-elle cachée ? La clé est dans le Savoir. Comment Elia a fait-il pour fermer le ciel, qu’a-t-il fait pour l’ouvrir ? Il a prié et il s’est ouvert. Vous devez avoir la Foi et le Savoir. Si l’homme est ignorant, comment va-t-il prier ? La prière demande le Savoir. Et il y a de quoi prier : vous devez prier d’être intelligents, bons, honnêtes et justes. On demande beaucoup de travail de l’homme – travailler sur l’âme humaine. Ce que l’homme peut faire pour soi, personne d’autre ne pourra le faire. Voila pourquoi l’homme doit se refermer en soi et réfléchir beaucoup, de rejeter petit à petit tous ces sentiments, qui le font trébucher et d’ y mettre des sentiments positifs. Il ne doit pas avoir peur, mais il doit se procurer du courage. Il ne doit pas se demandez que ne faut-il pas faire, mais plutôt quoi faire ? Il ne doit pas penser en quoi ne faut-il pas croire, mais en quoi faut-il croire ? Réunissez-vous pour méditer et chacune de vous trouvera en soi, son cote faible, ainsi que son cote fort. Chaque personne a au moins un cote faible. Avez-vous observez comment fait le cochon, quand il veut trouver une issue, il tourne par ici et par là, et quand il trouve un endroit faiblement clôturé, il passe par là. Chacun a son endroit faible, mal clôturé, c’ est pourquoi vous allez essayer de le clôturer. Ce cochon en le trouvant, va y passer par-dessus – c’est facile de trouver un trou. Chacun a un tel cote faible – l’un dans un certain domaine, l’autre dans un autre. Et un cote faible souvent détruit les bons cotés de l’homme, c’est-à-dire il les rend inutiles.

Réplique : Comment ce peut-il que l’homme impatient devienne patient ?

Mettez une aiguille dans votre main et voyez quelle sera votre patience. Ce n’est pas la peine de le faire tout seul, il y a des gens pour vous piquer avec des aiguilles. Vous en êtes des as au moins pour cela. Celle, qui veut apprendre la patience, qu’elle appelle une autre a lui piquer des aiguilles.

Ayez en vue, que tous les désirs qui se produisent en vous, ne sont pas les vôtres. Faites des essais a ce propos et verifiez-le. Avez-vous déjà pensé de faire quelque chose pour Dieu et parallèlement à ce désir, il vous vient une autre idée en tête – de vous faire coudre une nouvelle robe, de s’acheter des chaussures. Et le premier désir disparaît, le plus important est remis pour une autre fois. A chaque fois que l’idée la plus importante nous arrive, parallèlement avec elle vient la moins importante. Vous allez tacher de rejeter cette idée insignifiante, car elle vient de la loge Noire par inspiration. Quand tu décides de faire quelque chose de bien, de la loge Noire on te dit : « Ce n’est pas pour toi ! » Maintes fois tu te dis : « Je serai patient ! », mais de la loge Noire, on te dit : « Tu n’a pas encore mûri, c’ est pourquoi tu ne peux pas être patient. » Et tu remets pour un temps meilleur. Ma foi oui, tu as besoin de patience justement parce que tu n’as pas encore mûri. Quand tu deviendras mûr, ça viendra tout seul évidemment.

A présent vous allez apprendre l’art de vous taire. Apprendre à se taire, ceci est la plus grande bénédiction.

Réplique : Il y a des gens qui se taisent que de l’extérieur, or de l’intérieur ils bouillonnent.

Vous allez comprendre le silence spirituel – se taire devant Dieu. Quand vous vous rassemblez, isolez-vous – prenez l’habitude, quand tu songes a quelque chose, de croire que tu es tout seul; quand tu dis quelque chose, de penser que tu parles pour soi-même; quand tu réfléchis sur le silence, de croire que tu te tais pour soi-même. Seulement de cette manière l’élève pourra apprendre à se taire.

Si je vous donne une règle, en ayant en vue que vous avez des enfants, maris, des choses sociales, et si vous ne pouvez pas l’accomplir, ce n’est pas intelligent de mon cote. Dans cette situation, ou vous êtes, vous voulez être fortes, mais la première chose, qui vous attend est de surmonter toutes les petites difficultés, qui sont à la maison. Les problèmes à la maison sont très sérieux. Par exemple quelqu’ un dit : « Celui-là je n’arrive pas a le supporter ! » C’est ton cote faible. Alors comment allez-vous entrer dans les Cieux ? La première condition pour entrer dans les Cieux, est de pouvoir supporter tout le monde. Il est dit, que nous tous allons nous transformer. Si vous ne changez pas, même dans dix mille années, vous allez être au même niveau. Ainsi un professeur américain avait dit, que certaines personnes il n’avait pas envie de voir même dans dix mille années. S’il les voit dans dix mille ans, il devra lutter encore avec cette sensation. Le temps lui-même ne guérit pas les choses – le temps guérit autant que nous nous efforçons au temps présent de les changer.

Je voudrais, que vous commenciez de travailler sur soi, sur votre propre perfectionnement – c’est la tache la plus difficile. Vous allez développer votre Foi, la compassion, le cœur, la raison, l’imagination, la musique. Tout ceci attend d’être développer, et ce dans le temps qui vous est disponible. Pour le moment, Dieu vous a donné deux heures de travail. Que faites-vous pour ce temps ? J’ai déjà vu, comme certains ânes, qui ont été longtemps attachées, quand on les lâche, ils se font rouler sur le sol, mais pas sur l’herbe, mais sur des endroits pleins de cendres. Je ne rigole pas sur cet âne, il est intelligent – il a des puces, qui le tourmentent et il leur dit : « Je vais vous faire voir ! » et il leur met de la poussière. L’âne est le symbole de la ténacité humaine. L’homme tenace se fait toujours rouler dans la poussière et il dit : « Je vais vous faire voir, vous n’allez plus m’enfermez ! » Ce sont des comparaisons. Les animaux, qui roulent dans la poussière, ont une autre conduite. Nous considérons l’âne d’un point de vue humain, et nous croyons, qu’il se conduit bêtement. Si c’est la saison d’été, l’âne doit se promener dans une vallée verte ou se tremper dans de l’eau pure.

Certaines d’entre vous ont plus progressé, mais vous devez toutes travailler. Chaque personne a certaines faiblesses, qui ne proviennent pas de leur mauvaise volonté, mais par leur karma.

Réplique : Peut-on transformer la situation de notre âme, à force de bien travailler sur soi ?

Si on se trouve dans la situation des vers, même si nous mangions beaucoup de feuilles, nous ne pourrons pas nous transformer en papillons, tant que le temps pour cela n’est pas encore arrivé. Pendant ce temps, il faudra gagner de force, pour aboutir à l’état du papillon. Vous pouvez vous polariser. L’homme dans un moment peut trébucher et retourner de cent ans, et dans un autre moment peut progresser avec cent ans en avant. Chaque soir, l’homme doit se purifier devant Dieu, mais non pas de devenir tendre. L’homme bon doit être fort.

On dit souvent que l’homme doit surmonter soi-même. Ce n’est pas fondamental de vaincre sa propre personnalité, c’est male chose, mais tu dois te connaître. Ainsi donc, le sens ne se cache pas dans la victoire sur soi. Admettons, que tu as l’habitude de frapper, et pour ne pas le faire, tu te casses la main. Qu’ est-ce que tu gagnes par là ? Au contraire, tu dois dire : « Cette main est soumise a ma volonté, je dois la contrôler ! » Je ne veux pas que vous luttiez avec soi, mais de savoir vous contrôler. Vous vous mettez en colère, il vous vient une mauvaise idée – mettez-vous a maîtriser ces pensées et dites leur : « Ici, a l’intérieur vous n’avez pas de place, ici c’est un canal et vous pouvez qu’ y passer, sans y rester ! » Vous devez être comme ce fonctionnaire des voies ferrées, qui tient la clé, pour ouvrir les rails, par où passent les trains et leur donner la bonne route. De même vous avec votre clé, vous allez pouvoir conduire vos pensées et désirs sur la bonne route.

Réplique : Quelquefois, l’homme arrive à se retenir, mais à l’intérieur de lui tout bouillonne; comment stopper cette émotion intérieure ?

Que ça bouillonne. Moi, je pourrais vous guérir tous pour une année, si on avez a notre disposition un beau jardin coloré, plein de fleurs différentes et de ruches d’abeilles, un jardin fruitier, plein de fruits différents et un jardin végétal, ensuite je vous enverrai les travailler, pour puiser leur énergie et leur calme. Si vous êtes anémiques ou pas bien disposées, je vais vous envoyer vous occuper du cerisier et vous allez voir, que vous aurez une meilleure disposition. Elle est faible votre Foi – je vais vous envoyer travailler le chou, de l’arroser et en prendre soin. Ce sont des formules, malgré qu’elles sont faites d’actions extérieures. Tu n’es pas bien disposée spirituellement – mets ta main sur le front et tout changera pour cinq ou dix minutes. Si vous n’utilisez pas ce moyen, alors celles, qui aiment les maths, l’écriture ou le dessin, qu’elles appliquent une de ces occupations. Dessine un triangle, peins-le en rouge, bleu ou vert, après quoi il ne vont pas passer trois ou quatre minutes et ton humeur changera.

Réplique : Pour passer le temps n’est-ce pas ?

Non, ceci te rend une certaine force, avec laquelle tu diriges le diable et tu lui dis : « Comprends-tu ces triangles ? » Il te répond : « Je les comprends. » Or, maintenant tu restes a la maison et celui-ci t’agasse, l’autre aussi – même si tu es la personne la plus tranquille, tu perdras l’équilibre. La chose la plus dure est de rester calme et poli. Parfois, j’observe certains : il sont très énervés et lorsque quelqu’ un vient de passer, ils l’insultent, s’enragent contre lui et lui disent : « Ne passe plus par là ! » Apres quoi, ils se calment, mais en y songeant, ils se rendent compte que cet homme n’a rien fait et que c’est un simple passant. Ce sont des états typiquement psychologiques. C’est un état dense dans l’atmosphère : par exemple deux nuages noirs se croisent, leur électricité s’attire, l’oxygène se remplit d’ozone, et vous attirez cette électricité d’en bas vers le haut. Tu es enragé, sors quelque part dans la foret, mets-toi a crier, a hurler contre les arbres, les pierres, ils seront remplis d’ozone et cela passera. Tu verras après comme tu vas en rigoler, quand tu tombes dans la même situation. Un professeur américain m’a raconté une telle histoire : il n’aimait pas aller au bal, or il aimait danser, c’ est pourquoi quand il désirait fort de danser, il prenait une chaise et dansait avec, a la maison. Il était ridicule même devant soi-même dans cette situation, mais il se sentait mieux après.

Les méthodes, qui vous sont données, vous pouvez les appliquer, les uns utiliseront certaines d’elles, les autres – différentes, etc., d’ après le besoin que vous avez. Nous devons utiliser la Nature, elle est le vrai moyen de la cure. La vie citoyenne présente, n’est pas très naturelle, à la suite de quoi il se produit un état pas très naturel, un manque d’énergie, que vous ne pouvez vous procurer ailleurs. Tout le monde la cherche, mais elle ne vient de nulle part.

Vous avez encore une autre méthode de travail : par exemple une de vous a beaucoup de problèmes, c’ est pourquoi certaines de vous doivent envoyer leurs bonnes pensées vers elle, afin de l’aider. Quand quelqu’ un est malade, et ne peut pas labourer son champ, que vingt de ses proches vont a sa place, travailler pour vingt heures, et voila que le champ sera labouré. Ne dit-on pas souvent qu’il faut s’entraider ! La vie la plus difficile est de vivre tout seul. Personne ne vit pour soi, personne ne meurt pour soi. Pourquoi dans la Nature poussent beaucoup d’herbes au même endroit ? Pour retenir l’humidité. Là où on trouve qu’une seule fleur, elle sèche plus vite. Ainsi, quand plusieurs personnes sont réunies, elles retiennent pour longtemps l’humidité. Et lorsque l’homme est tout seul, il doit avoir de meilleures conditions, d’avoir beaucoup de connaissances, pour pouvoir subsister au monde. A présent vous disposez de conditions, vous avez tout.

Souvent j’aperçois, que quand j’utilise certains symboles, vous ne les interprétez pas correctement. Par exemple, je cite une loi, je dis que dans la loi Divine il n’ y a pas d’exception, mais dans la grâce de Dieu il y a des règles, qui peuvent affaiblir la loi. Je dis encore, que rien n’est donné en cadeau, et ceci est vrai, mais la grâce Divine est une autre loi. Et d’ après elle, si l’homme est prêt à accepter les choses, on leur fait un cadeau. Les deux choses sont vraies – hors de Dieu, on ne rend rien en cadeau, et en Dieu tout est donné par grâce. Si un général veut s’élever dans la société, c’est de la dignité, mais il doit le faire par la force de son savoir, par la force de son courage. Un professeur peut élever sa situation, seulement par la force de ses connaissances, mais non pas par grâce. Quand on t’invite sur une table, on peut te réserver la première place, mais dans la société, on ne peut pas te mettre en premier, tant que tu ne le mérites. Ainsi donc, la première place sous-entend du travail.

Certain dit : « Je veux avoir du talent ! » Vous connaissez déjà le conte du mécontentement de l’âne : quand Dieu l’a crée, il s’est mis a regarder par-ci et par-la et il s’est aperçu, que tous les animaux étaient très grands, tandis qu’il était même moins petit que le lapin et il souffrait beaucoup. Il s’est mis a prier longtemps d’une voix forte, pour que Dieu le fasse plus grand. Dieu a entendu ses prières et l’a fait plus grand et d’une voix forte, mais les gens se sont mis à lui donner du travail et il est devenu encore plus malheureux. Donc, le sens dans la Vie n’est pas dans la grande quantité, mais dans le moindre, que Dieu nous a donné, et la place que le Destin nous a arrangée. A présent, vous ignorez la place, que Dieu vous a choisie et que va-t-il devenir avec vous ? Si vous étiez une petite graine et on vous plantait dans une terre de sable, rien ne se produirait de vous, or si on vous plantait dans une terre abondante et on s’occupait bien de vous, vous alliez devenir une belle pomme.

Maintenant vous allez méditer sur votre développement. Ne pensez pas, que vous n’aurez pas avoir des tentations, d’ennuis. Le Christ s’ennuyait aussi. Il viendra le moment pour dire : « Jusqu’ a quand, je vais porter ce poids ? » Déposons de l’argent, pour celle d’entre vous, qui réussira à développer une vertu. Déposer combien ?

Réplique : Nous ne pouvons dire toutes seules.

Ah, comme vous êtes malines vous me vendez dix fois au marché ! Certaines personnes disent : « Nous ne savons rien a ce sujet, dis-nous », mais si ça les concerne, ils répliquent : « Ce n’est pas vrai, n’ y crois pas ! » Donc, eux aussi ont de l’opinion. Certains disent : « Nous sommes prêts a tout, on est prêts a t’écouter ! » Vous parlez de la façon, mais la vérité est que vous n’êtes pas prêts à tout écouter. Si je vous recommande de vous levez a 12 heures du soir et de sortir dans la ville, combien seront ceux, qui vont le faire ?

Réplique : On va sortir, si c’est pour de bon.

Ceci n’a pas d’importance. Certains vont le faire, d’autres non. Si je vous dis, que vous, vos enfants et vos maris allaient mourir, si vous ne sortez pas, alors vous irez – vous allez le faire par peur. Dans ce cas, même si on vous met des mitrailleuses aux dos, vous allez sortir même pour faire la guerre. Vous devez accomplir, ce dont votre esprit dans un moment donné ou une situation peut accepter.

A présent vous tous vous manquez de la force de la bonne volonté. La mauvaise volonté est plus développée. Ce n’est pas, parce que vous n’êtes pas bons, mais parce que la mauvaise volonté prend le dessus sur la bonne volonté. Ces deux puissances – la bonne et la mauvaise volonté – prennent une certaine direction, et puisqu’ une partie de la matière de notre corps n’est pas pure, en nous s’effectuent des perturbations. Il faut nous purifier des péchés, car en nous existe quelque chose d’ impure, qui empêche le développement de notre bonne volonté, et nous devons faire de grands efforts, pour rejeter ces impuretés dehors, d’ appeler la matière Divine, c’ est-à-dire de créer le Nouvel homme. Vous dites de quelqu’un qu’il soit faible. Bien-sur, tant que l’homme ne purifie pas cette matière, qui le fait trébucher, il ne peut pas être fort.

Ainsi, vous allez travailler sur le développement de la Foi et de la volonté. Pour développer votre volonté, vous devez avoir dans votre esprit un certain idéal. Prenez comme idéal le Christ, c’est-à-dire le Seigneur Vivant, qui s’est manifesté dans le monde. Notez les plus sublimes, les plus raisonnables moments, qui se manifestent dans votre Vie – ils sont la manifestation du Divin. De tels moments sont rares, mais cette image qui se manifeste en vous, vous allez tacher de la garder. Dans ces rares moments, Dieu vous a parlé. Il parle au plus une, deux ou trois fois dans l’année, c’ est pourquoi vous devez garder ces paroles. Tant que durent les paroles de Dieu et il s’éloigne plus de vous, tant vos souffrances augmentent. Ceci est très naturel : vous avez un enfant, que vous aimez, mais s’il s’éloigne de vous, vous vous mettez a vous inquiéter et vous souffrez. Dieu agit de la même façon. Avec cet éloignement et ce rapprochement, Dieu purifie votre temple. Quand votre temple sera pur, alors Dieu viendra. C’ est pourquoi il est dit dans le Vieux Testament : « La gloire de Dieu a rempli le temple. »

Donc, vous tous vous pouvez avoir la bonne volonté. Je vous parle de l’expérience, que vous pouvez tous avoir. Il vous faut de la volonté, de la volonté ! Vous êtes tous bons ! Vous souriez, quand je dis, que vous tous êtes bons. En disant, que vous êtes bons, savez-vous ce que je sous-entends ? Ceci signifie, que celui, qui vit avec Dieu, il ne peut pas être mauvais. Puisque vous tous vous voulez atteindre Dieu, cela veut dire, que vous êtes bons – c’est mon idée.

Je vais vous dire dans quelle catégorie entrent certaines de vos expériences. Par exemple vous ressentez la faim – quel est le sentiment de la faim ? Physique. Vous mangez – et vous ressentez un plaisir. Quel est le sentiment du plaisir dans ce cas ? Encore physique. Vous ne pouvez pas comptez a ce plaisir, car il est a un plan physique. Vous avez un ami, que vous aimez et quand il soit près de vous, vous vous plaisez, vous vous sentez être forts, puissants, mais des qu’ il s’ éloigne de vous, vous ne ressentez plus de plaisir. C’est un état mental, mais il n’est pas constant, on ne peut bâtir une maison sur ce sentiment. Maintenant nous allons venir a ces sentiments, qui présentent la présence suprême de l’Amour : quand vous aimez quelqu’ un et vous n’ y ressentez aucun changement, sans importance s’il est près de vous ou pas, c’est un sentiment Divin. Toutes les formes, qui changent en vous, ne sont pas importantes.

Vous vous imaginez Christ de la manière, dont vous Le connaissiez autrefois. De cette forme plastique, qui reste la même dans votre esprit, quand vous vous tournez vers elle, ils en coulent des Forces raisonnables.

Réplique : Cette forme est-elle pareille pour tout le monde ?

Elle est différente pour tous. Si vous êtes dans l’état de l’homme affamé, vous allez imaginer le Christ, marchant pieds nus en Palestine. Certains ont vu Christ en lueur, avec une auréole sur la tête, etc. Il y a des formes, par lesquelles Christ se montre parfois dans le monde physique, parfois – dans le monde Astral, et parfois – dans le monde Divin. Quand vous faites des essais et vous surveillez vos pensées, vous allez aboutir à l’état, dans lequel vous allez percevoir les choses, sans avoir aucun doute. Quand les pensées viennent du monde Astral, on y trouve un petit doute.

Réplique : Quand Christ se présente devant une âme, ne saurait-elle pas qu’Il soit son idéal ?

Le Christ dira a tout le monde: “Si tu ne renonces pas a ton père, a ta mère et a toi-même, tu ne peux pas être Mon disciple ! Si tu ne portes pas ta croix et tu ne Me suis pas, tu ne peux pas être Mon disciple ! » Ceci est la première forme, par laquelle Christ va se présenter. Quand vous allez accepter Christ dans cette forme, toutes les souffrances vont disparaître. Avec ce viendra le développement de votre esprit… C’est une matière vague. Certains de vous ont des expériences religieuses, tandis que pour d’autres ceci est étranger.

Une autre chose que vous devez apprendre est de savoir se taire. Celui, qui a vu le Christ doit se taire. Alors Christ sera une Puissance en vous. Si je ne suis qu’une bougie enflammée, aurai-je besoin de le prouver ? La rose, a-t-elle besoin de prouver que c’est une rose ? Non – son odorat va le prouver. Si tu ne crois pas en son odorat, comment reconnaîtras-tu la rose, par sa forme ?

Avec cette idée, je fais le lien avec une autre idée, que vous cachez: vous voulez vous sauver de beaucoup de souffrances et de doutes, d’ être fortes. Alors faites l’essai suivant : prenez une de vos sœurs et travailler sur elle, voyez ce que vous pouvez faire. Que comprenez-vous, quand je vous de travailler sur elle? Je vais vous dessiner une figure : admettez qu’une de vos sœurs a perdu tout ses biens, elle n’a pas d’argent, pas de maison, aucun bien, elle se trouve dans une situation sans issue – comment allez-vous l’aider ? Celle d’entre vous, qui en a plus, qu’elle lui donne une soupière, une autre – une poêle, une troisième – un oreiller ou une couverture, etc. Vous allez voir comme elle se remettra vite. Ce sont des formes, par lesquelles je voudrais que vous compreniez mon idée. Venez en aide avec ce dont chacun en a besoin. Certain manque de patience – donne-lui ton assiette avec la patience; un autre manque de Foi – donne-lui ta poêle avec la Foi; un troisième n’ a pas d’oreiller – donne-lui un des tiens. Il ne passera pas longtemps et tu verras comme ton frère ou ta sœur se remettront pour dire : « Comme mes soeurs et frères sont bons ! » Si vous ne leur donnez rien, vous allez souffrir. Ceci ne peut être fait par une seule personne, mais peut être fait par plusieurs. Vous tous vous manquez d’assiette. Faites un essai dans ce rapport. La prière collective est puissante, car tout le monde prie en même temps pour une certaine chose, étant sincères et chaleureux, la prière donne du résultat. La prière a de la force, quand entre vous règne l’harmonie. La disharmonie vient du fait, que vous êtes accordé par un homme, qui ne comprend pas cet art. C’ est pourquoi l’harmonie entre vous, je peux l’appeler un accordement ou accordage. En réalité, la meilleure partie d’un concert est l’accordage de la flûte et des autres instruments.

La première chose, que je désire pour vous, est de vous hâter de rendre le respect et l’hommage mutuels. Ce qu’on fait de l’extérieur doit être le reflet de ce confort intérieur, que nous allons avoir au nom de Dieu. Admettons, que certaine de vous, vous soit désagréable; faites la manœuvre suivante : imaginez que vous vous trouvez dans le plus grand danger ou bien vous vous noyez dans une rivière profonde, et justement cette sœur en question vient pour vous sauver. Arrêtez-vous un moment et voyez le sentiment, que vous allez ressentir à l’intérieur de vous. Vous allez tout de suite devenir plus gentille, et vous allez dire : « Si ma sœur est capable de faire ceci, je vais changer mon avis pour elle, et je vais commencer de l’aimer ! » Ou tout le contraire – admets, que cette sœur-ci, que tu n’aimes pas, se noie dans la mer; va tout de suite a son secours et dis-toi: « Allez, je vais la sauver, car je suis plus forte qu’ elle, et le fort doit toujours aider le plus faible ! » Ce sont des cas, qui vous sont donnés, pour vous élever.

A présent, vous allez faire des essais. Vous allez demander comment. Quand tu désires de faire cet essai, tu vas d’ abord prier un, deux, trois, quatre jusqu’ a quatorze jours pour le faire, après quoi tu ressentiras un confort intérieur, que tu es prêt de l’accomplir. Alors tu peux t’engager avec ce bon acte. Tandis qu’a présent, vous attendez que les choses s’arrangent toutes seules. C’est vrai, elles s’arrangent, mais le résultat est bien différent. Essayez tous de faire un de ces essais. C’est la seule façon, de rendre du sens au vers : « Priez l’un pour l’autre, pour guérir. » Priez pour une personne jusqu’ a quatorze jours et l’Esprit dira : « A présent vous pouvez faire l’essai. » L’Esprit dit : « Quand la voie de quelqu’ un est bonne, Dieu l’aidera. »

Ainsi, vous allez priez tous, de faire vos voies aimables à Dieu, pour vous réconcilier aux autres et de mettre l’harmonie et le Divin en vous, pour vous entendre et vous aimer.

Telle est la Voie, tels sont les essais, que vous devez faire, pour vous préparer pour la Pentecôte.

le 5 mars 1920, vendredi, 16 heures, Sofia

 

Home English Russian French Bulgarian Polish Deutsch Slovak Spanish Italian Greek Esperanto

About    Search History    Top 100    Search Help